Infos Togo Suspension des processus électoraux entrepris par la CENI d’accord

Mais une annulation totale des opérations déjà entreprises, c’est encore mieux, d’après Dani Ayida

Publié le lundi 26 mars 2018, par

Suspension ou Gel du processus électoral au Togo ? C’est la grande interrogation de l’acteur de la société civile, Dani Ayida, à la suite de l’accord trouvé entre les protagonistes de la crise politique togolaise au cours de la 3ème séance du dialogue inter togolais, vendredi dernier à Lomé.

Si l’homme juge que « la suspension du processus des élections au Togo ne devrait être que le premier pas du gouvernement vers la bonne volonté politique », il ose croire que « l’opposition a l’obligation d’obtenir le gel total (comprendre annulation) de toutes les opérations en rapport avec les élections ; celles que le gouvernement a entreprises unilatéralement... ».

Il soutient sa position par le fait que, « s’il y a compromis politique, il faudrait reprendre tout : la recomposition de la CENI, l’inscription des électeurs (pour la constitution d’un nouveau fichier électoral) le découpage administratif et celui des circonscriptions... la refonte de la loi électorale et la programmation des différents scrutins auxquels le dialogue aurait souscrit ».

En tout cas, M. Ayida y tient à la réforme électorale car d’après lui, « c’est la condition de base pour le règlement pacifique de la crise politique, dans ce pays où le trucage des élections est un sport national dans lequel n’excelle que les tenants de l’autoritarisme incarné par le RPT et son dérivé UNIR... ».

Pour cet acteur de la société civile, « à défaut d’un tel compromis, la Coalition de l’opposition devrait avoir le courage d’assumer l’échec des discussions... ». Comprenne qui pourra.
T228