Infos Togo Crise sociopolitique togolaise

Macron ne lèvera le moindre petit doigt en faveur de l’opposition

Publié le vendredi 8 juin 2018, par Gabinho

Dans un dernier article sur la politique togolaise, mise en ligne hier, nous vous informions de ce que le Chef de File de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, n’est pas disposé à attendre la CEDEAO pour une solution toute faite à la crise sociopolitique togolaise. Et bien, le président de l’ANC devra allonger sa liste de ceux qu’il ne doit pas attendre. Ceci, en y inscrivant le président français, Emmanuel Macron et pourquoi pas toute la France. Puisque, une nouvelle fois interpellé à Montréal au Canada, en marge du Sommet du G7, par des Togolais de diaspora dans ce pays, à se prononcer sur la situation politique au Togo, il a fait comprendre ouvertement : « Je soutiens totalement qu’il puisse y avoir alternance ».

En fait, invité par ces Togolais à aider « le peuple togolais dans ses revendications légitimes », l’homme a simplement repris sa position de toujours : « Il y a une démarche qui est lancée par l’Union Africaine pour qu’il y ait des élections libres et que la Constitution soit respectée. […] que la Constitution inscrive la limitation des mandats dans le temps, que le peuple puisse s’exprimer et procéder à une transition démocratique ».

Toutefois, indique-t-il être favorable à l’alternance comme suggéré par l’UA. « Ce qui est demandé par l’Union Africaine, c’est qu’il puisse y avoir alternance, je soutiens totalement cela », précise-t-il avant de poursuivre qu’il se refuse de perpétuer les « pratiques d’un autre âge où c’est la France qui veuille expliquer à un pays ce qu’il doit faire ». Et pour finir, il ne faudrait pas s’attendre à une injonction de sa part à Faure Gnassingbé pour quitter le pouvoir. « Mais non ! Vous vous trompez ! J’agis, la France agit de manière cohérente depuis le début, c’est-à-dire que je respecte la souveraineté des États et aux côtés de l’Union Africaine », telle est sa réponse à une autre sollicitation de ce Togolais qui l’interpellait.
T228