Infos Togo Crise au Diocèse de Kpalimé

Les vérités des prêtres frondeurs au Cardinal Filoni

Publié le jeudi 12 juillet 2018, par Gabinho

Suite à la publication du communiqué du Vatican dans le dossier de la crise au Diocèse de Kpalimé, les trois prêtres sanctionnés ont jugé utile d’apporter leur part de vérité au Cardinal Fernando Filoni et ceci par le biais du Nonce Apostolique, Brian UDAIGWE. Il ressort visiblement et donc de la déclaration de ces trois prêtres frondeurs, à savoir, les Pères Yves-Paul Azaglo, Gerson Gale et Daniel Gbadji, qu’ils ne sont satisfaits de la demande formulée à leur endroit de respecter la décision de sanction prise à leur encontre par Mgr Benoit Alowonou, pour ne pas se voir infliger des sanctions encore plus grave allant jusqu’à la perte de l’état clérical.

Dans la déclaration qui suit, les parts de vérités de ces prêtres sanctionnés sur cette crise ouverte depuis Février dernier.

DÉCLARATION DES PÈRES Yves Paul AZAGLO, Gerson GALE et Daniel GBADJI A PROPOS DU COMMUNIQUÉ DE SON ÉMINENCE LE CARDINAL FERNANDO FILONI

Nous, Réverends Pères Yves -Paul AZAGLO, Gerson GALE et Daniel GBADJI, avons écouté le communiqué de son Éminence le Cardinal Fernando FILONI aux fils et filles du Diocèse de Kpalime à propos de la crise qui secoue cette Église locale.

Nous constatons avec amertume que personne ne fait mention de la motion de soutien à Monseigneur Alowonou, motion qu’un groupuscule de Prêtres a lu au nom de tout le presbyterium le 28 Mars 2018 à la messe Chrismale en la Cathédrale Saint Esprit de Kpalime et qui constitue des contre vérités par rapport à la situation de crise que traverse le diocèse de Kpalime depuis deux (02 ) ans.

C’est la lecture de cette motion de soutien qui a été à l’origine de notre contestation publique à ladite messe Chrismale comme nous l’avions souligné dans notre première déclaration du 07 Avril 2018.

Au regard du communiqué de son Éminence, nous voudrions faire quelques observations :

- Nous ne sommes pas les destinataires directes de ce communiqué et nous ne l’avons pas reçu.

- Le texte lu sur les réseaux sociaux ne présente pas tout le communiqué du Cardinal dans son ensemble étant donné que c’est le Nonce Apostolique Brian UDAIGWE qui a signé ledit communiqué le 29 Juin 2018.

- La Hiérarchie de l’Église ne nous a pas officiellement informé.

- Son Éminence a dit dans son communiqué : « J’apprends avec peine le fait que, malgré les mesures prises à leur encontre, les Prêtres sus -mentionnés continuent de provoquer des troubles dans le diocèse et dans le Pays et diffamer sous diverses formes leur évêque, la Hiérarchie ecclésiastique et l’Église ».

Nous voudrions informer son Éminence que nous n’avons jamais provoqué des troubles de quelque ordre que ce soit dans le diocèse et dans notre Pays le Togo, ni diffamer sous diverses formes l’évêque, la Hiérarchie ecclésiastique et l’Église. Des preuves pourront mieux confirmer ces troubles et ces diffamations.

- En outre, le Cardinal a confirmé pour l’instant notre suspension que nous n’avons ni reçue, ni déchargée, en attendant qu’il nous écoute.

- Dans le même communiqué, son Éminence a déclaré :<< Après avoir considéré toute la situation sous différents points de vue. ......., des peines plus graves peuvent suivre (comme la perte de l’état clérical) si les mis en cause n’accueillent pas la démarche qui leur est proposée. Cela apparaît comme une sentence sans nous avoir écoutés.
- Nous sommes persuadés que l’Église en tant qu’institution Humano -Divine, est régie par la discipline canonique qui ne s’applique pas injustement. Et la raison du plus fort n’y est toujours pas la meilleure, ni évangélique.

- Nous allons porter les faits devant qui de droit dans l’Église. À ce titre nous rencontrerons au moment venu le saint Père, sa sainteté le Pape François qui veut.
- Les décisions que prendrait l’Église, doivent refléter la justice, l’équité, la vérité, la probité morale et correspondre à l’esprit de la discipline canonique sans oublier les droits et devoirs des clercs.

- De surcroît, si la perte de l’état clérical bougerait les lignes et amènerait notre église locale à devenir "un lieu d’humanité où le loup et l’agneau habiteraient ensemble, où vérité et justice s’embrasseraient et où la paix et la liberté chemineraient ensemble et pourrait enfin améliorer la situation des Prêtres dans le diocèse de Kpalimé, alors la perte de l’état clérical serait un bien pour toute l’église.

- Cette perte de l’état clérical ne regarde que les droits et devoirs des Prêtres car selon le psalmiste et l’Église "on est Prêtre à jamais selon l’ordre du Roi Melchisedek ".
- Nous voudrions rappeler à tous que les membres des Conseils Paroissiaux de Danyi Kudzravi avaient fait recours au même Cardinal Fernando FILONI au sujet de la situation conflictuelle qui les oppose à Monseigneur Alowonou en date du 22 Février 2018 et la procédure est actuellement en cours.

- Monseigneur Alowonou a assigné le Père Yves Paul AZAGLO au Tribunal de première Instance de Danyi Apeyeme. Cette assignation lui a été notifiée le 28 Juin 2018. Cette procédure étant également en cours et l’audience prévue pour le 11 Juillet 2018 n’ayant pas encore eu lieu, le Nonce Apostolique Brian UDAIGWE a signé le 29 Juin 2018 le communiqué du Cardinal Fernando FILONI.

Nous avons appris que Monseigneur Célestin GAWA et Monseigneur Denis AMOUZOU DZAKPA avec certains prêtres étaient venus en notre absence à la paroisse Saint Joseph de Kudzravi et se sont entretenus avec des fidèles venus d’autres paroisses telles que Sainte Thérèse de l’enfant Jésus de Danyi N’digbe et Sainte Marie Reine de Danyi Atigba.

Nous avons appris avec tristesse et amertume qu’ils avaient été hués à la fin de leur rencontre.

- À titre d’information, hier mardi 10 juillet 2018, une dizaine de jeunes montés contre nous, étaient venus nous agresser verbalement sur la paroisse en nous donnant un ultimatum de quitter la paroisse dans les 72 heures, autrement nous serons responsables de ce qui nous arriverait, pendant que les procédures sus -mentionnées sont toujours en cours. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour que la paix revienne.

Telles sont les informations que nous tenons à partager avec l’opinion nationale et internationale, avec les hommes et femmes épris de paix et de Justice.
Fait à Danyi Kudzravi le 11 Juillet 2018

Ont signé :

Les Pères Yves -Paul AZAGLO, Gerson GALE et Daniel GBADJI