Infos Togo Mécanisme Entente de Renseignements dans le Conseil de l’Entente

Les ministres de la Sécurité et des Frontières apportent la touche finale

Publié le vendredi 20 avril 2018, par

Après les Experts en Sécurité qui se sont appropriés et enrichis durant trois jours, les 17,18 et 19 le document sur le ""Mécanisme Entente de Renseignements"", initié par le Secrétariat exécutif du Conseil de l’Entente sur recommandation de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement, les ministres en charge de la Sécurité et des Frontières ont ouvert leur 3ème réunion ordinaire annuelle ce vendredi matin à Lomé. Il sera l’occasion d’après le Secrétaire exécutif du Conseil de l’entente, Patrice Kouamé, pour ces ministres de procéder à l’examen du document final.

Aussi, a-t-il justifié le bien fondé de la démarche ayant conduit après l’étude commanditée et qui fait l’objet des assises des Experts et ensuite des ministres de la Sécurité à Lomé cette semaine, par une nécessité pour l’espace Entente de faire face à la montée de la violence sous toutes ses formes et de l’extrémiste, par le biais de la prévention. En tout cas, reste convaincu M. Kouamé, ""la paix est la condition nécessaire"" pour le développement des pays du Conseil de l’Entente pour mieux répondre aux aspirations des populations pour une vie décente.

Pour le Général de Brogade, Yark Damehane, cette 3ème réunion ordinaire annuelle du Conseil des ministres de la Sécurité et des Frontières ""revêt une signification particulière en ce qu’elle constitue un jalon supplémentaire dans la voie du renforcement de la concertation permanente en vue d’une action collective résolue notre détermination commune à prendre en charge de manière efficace les défis notamment sécuritaires auxquels sont confrontés nos Etats"".

Revenant sur les attaques de Janvier 2016, Août 2017, et du 02 Mars dernier, au Burkina Faso et d’autres lieux de l’espace, favorisées par la présence de groupes terrorirstes dans notre sous région, le ministre togolais de la Sécurité et également président du Conseil des ministres de la Sécurité et des Frontières, a fait constater qu’ ""aucun pays à lui seul ne peut faire face à ces menaces"". Il a dès lors convié ses pairs à ""promouvoir une appproche concertée"" en matière de renseignements sécuritaires. C’est en cela qu’il a salué la pertinence du projet de mécanisme Entente de Renseignements piloté par le Secrétariat exécutif du Conseil de l’Entente.

T228