Infos Togo Congrès extraordinaire du MPDD

Les militants mobilisés pour investir le candidat du parti

Publié le samedi 23 novembre 2019, par Gabinho

Depuis ce Samedi matin se tient au siège du MPDD, son congrès extraordinaire d’avant élection présidentielle de 2020. Principal sujet de cette assise qui connait la participation des militants venus des différentes régions du pays, c’est l’investiture officielle de son candidat pour le scrutin présidentiel, le président national Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, qui a été officialisé plusieurs semaines plus tôt lors de la rentrée politique de cette formation de l’opposition parlementaire du Togo.

La cérémonie d’ouverture de ce congrès qui a connu la présence de plusieurs invités venus des partis frères et amis de la scène politique togolaise, a été l’occasion pour le premier responsable du parti de revenir sur deux sujets ou difficultés qui lui tiennent à cœur. Il y a d’un côté la situation qui a prévalu au niveau de la première rencontre du comité de suivi des préparatifs de la présidentielle de 2020, avec le retrait de plusieurs responsables politiques de l’opposition. Des dires du président Agbéyomé, tout est parti de ce que ces derniers réclamaient légitimement l’inscription de l’amélioration du cadre électoral, à l’ordre du jour des discussions de ce comité de suivi. Il a été demandé de l’inscrire à l’ordre du jour. Il dit avoir constaté qu’ « il y a de résistance à ce niveau pour améliorer le cadre électoral puisque le temps passe ». Deuxième difficulté relevée par le candidat à la présidentielle, « c’est que, quand on a changé la constitution le 08 Mai, la composition de la Cour constitutionnelle a changé, parce que avant la modification, pour composer la Cour constitutionnelle, le Chef de l’Etat nommait 03 personnes, l’Assemblée choisit aussi trois personnes et le Sénat aussi choisit trois personnes et ça fait neuf. Mais après la promulgation de la Constitution modifiée, le Chef de l’Etat choisit deux, l’Assemblée nationale choisit deux, le Sénat choisit deux, les avocats choisissent un, les hauts magistrats choisissent un, les grands professeurs agrégés de droit à l’Université aussi choisissent un.

Donc l’actuelle Cour constitutionnelle en sa composition est en conflit avec la Constitution en ce moment. Le MPDD a toujours prôné d’aller à un dialogue de deux ou de trois jours. Mais la situation dans laquelle se trouve le gouvernement aujourd’hui, ne peut pas composer la Cour constitutionnelle ». Aussi remarque-t-il qu’on ne peut pas faire une élection régionale avant la présidentielle, pour disposer d’un Sénat. Et dans ce contexte, le parti au pouvoir sera obligé de demander à l’Assemblée Nationale de le faire, alors que l’article qui permet à l’AN de le faire a été supprimé. Voilà comment Gabriel Messan Agbéyomé présente donc les deux difficultés auxquelles peuvent ou sont confrontés les tenants du pouvoir, à seulement trois mois du scrutin.

Enfin, a-t-il évoqué l’affaire des incendies dans un langage claire et en mina pour permettre à tous les militants présents de cerner l’évolution, introduite aujourd’hui par les confessions de Mohamed Loum, qui le disculpe lui et son Vice-président Gérard Adja qui ont injustement fait la prison dans ce dossier. A tout prendre, c’est que le témoin à charge pointe du doigt accusateur vers le pouvoir de Lomé.

Le Congrès qui a été précédé déjà hier Vendredi de deux universités, l’une des jeunes solidaires, et l’autre des femmes solidaires, prend fin cet après-midi, avec l’investiture du candidat Agbéyomé. Thème principal de ce congrès, "Ensemble pour la refondation de la République".
T228