Nos régions Filière Soja au Togo

Les mesures pour améliorer les performances

Publié le mercredi 25 septembre 2019, par Gabinho

Rendre performante la filière Soja, c’est le défi du gouvernement togolais. Pour relever u tel défi, le Togo a décidé de passer par cinq mesures que nos confrères d’Agridigitale exposent en ces termes :

Primo. L’exercice de la profession d’acheteur ou d’exportateur de soja (conventionnel et biologique) et ses produits dérivés est dorénavant subordonné à l’obtention d’un agrément délivré par le Secrétariat exécutif du comité de coordination de la filière soja (CCFS).

Secundo : Les paiements se feront bord champ au comptant ou par voie contractuelle.

Tertio  : L’itinéraire technique de production du Soja biologique exige davantage de dispositions particulières de suivi, contrôle, audit et certification contrairement au circuit du soja conventionnel.

Par conséquent, les acteurs dans les deux chaînes de valeur (biologique et conventionnel) doivent respectivement respecter sur le terrain les exigences contractuelles de leurs partenaires commerciaux et éviter tout discrédit sur l’excellente qualité de soja produit au Togo.

Quarto  : les exportations du soja graine doivent impérativement passer par le port autonome de Lomé (PAL).

L’exportation par d’autres voies est soumise à une autorisation préalable du Comité de Coordination de la Filière Soja (CCFS) sur requête du CIFS-TOGO. Toute personne qui ne respecte pas cette disposition verra son stock purement et simplement saisi et soumis à la rigueur de la loi.

Enfin, pour financer les activités de développement de la production, de la transformation et de la commercialisation du soja au Togo, les prélèvements seront dorénavant effectués à l’exportation du soja graine et les montants fixés et communiqués.
T228 (avec Agridigitale)