Infos Togo Albinisme / Petite population, gros problèmes

Les médias mis à contribution pour « faire briller la lumière » des Albinos au Togo

Publié le mercredi 20 juin 2018, par

Au Togo, ils constituent une population faible située entre 467 et 1401 de Personnes atteintes d’albinisme (PAA), mais tout comme leurs compères des autres pays, ils ont aussi de gros problèmes auxquels ils font face. Eux, ce sont les Albinos du Togo, réunis au sein de l’ANAT (Association Nationale des Albinos du Togo). Et pour aider à faire large échos des plaidoyers en leur faveur, ces albinos du Togo ont jugé utile de mettre à contribution les hommes de médias du Togo. C’est dans cette optique que ce jour, l’ANAT a organisé ce jour un atelier de sensibilisation sur l’Albinisme au Togo, et autour du thème « faire briller notre lumière sur le monde ».

Des communications qui ont été faites aux hommes de médias au cours de cet atelier, il en ressort entre autres que les personnes atteintes d’albinisme qu’il s’agit avant tout d’une « maladie génétique et non une malédiction ». Pour ce qui est du Togo, où elles sont majoritairement jeunes et féminines, les PAA jouissent d’ « une situation sanitaire alarmante » (cancer, problèmes d’acuité visuelle…), sont frappées par « une éducation marquée par un fort taux d’abandon scolaire », d’ « une insertion sociale entravée par la persistance de la discrimination », et d’ « un cadre juridique et institutionnel faiblement promoteur des droits des PAA ».

Ce sont là autant de préoccupations que l’ANAT de l’avis de son président, Souradji Ouro-Yondou a voulu partager avec les journalistes afin de voir une nouvelle forme de partenaire voir le jour entre eux. Notre but en organisant cet atelier est de « solliciter la contribution des médias au travail que mène l’association, pour la promotion du bien-être des personnes atteintes d’albinisme ». Il a dénoncé au passage les pratiques attentatoires envers les PAA et qui ont conduit au décès l’année dernière d’un enfant albinos à Dapaong. Ce sont là d’après des signaux qui ne trompent pas et qu’il faut combattre pour ne pas atteindre les degrés ou proportions que ces pratiques attentatoires ont atteint dans certains pays africains.

Au nom de l’OTM, sollicité pour cette organisation, son Vice-président, Rigobert Bassadou, a appelé ses confrères journalistes à un accompagnement plus accru des plaidoyers de ces personnes atteintes d’albinisme « pour éloigner d’eux tout danger ». Il a indiqué espérer que les éléments mis à la disposition des hommes de médias leur permettra « de traiter au mieux la question de l’albinisme et mieux informer les populations ».

Pour information, cet atelier s’inscrit dans la droite ligne des activités de l’ANAT (créée en 2012) au programme de la 4ème journée internationale de sensibilisation à l’Albinisme au Togo.

T228