Afrique COVID-19

Les Malgaches préfèrent leurs remèdes aux nouveaux vaccins de l’OMS

Publié le vendredi 27 novembre 2020, par Gabinho

Alors que les autorités sanitaires mondiales ont mis sur pied Covax Facility, une initiative d’accès aux vaccins contre la pandémie de coronavirus, et l’OMS qui incite les gouvernements à intensifier urgemment leur préparation aux nouveaux vaccins, le Madagascar ne pense pas y participer. Le gouvernement veut plutôt porter son choix sur les remèdes locaux pour endiguer le mal.

« La région africaine affiche un score moyen de 33 % de préparation pour le déploiement du vaccin contre la COVID-19, ce qui est sous le niveau de référence de 80 % », indique l’organisation mondiale de la santé (OMS) qui demande à cet effet aux gouvernements d’intensifier urgemment « leur préparation » afin d’avoir les 80% voulus pour pouvoir vacciner leurs populations.

La méfiance ou l’hésitation vaccinale gagne le terrain. Dans certains pays, d’après l’institution, près de la moitié des gens ne sont pas sûrs de vouloir prendre un vaccin anti-COVID. Avec les informations des personnes qui se réclament, soit de la médecine, soit des recherches scientifiques, avançant des théories complotistes une méfiance est née envers le vaccin contre le virus.

Si pour l’heure se ne sont juste des personnes qui refusent d’adhérer aux vaccins anti-Covid, le Madagascar lui, n’est guère intéressé par la participation à la Covax Facility. La porte-parole du gouvernement l’a confirmé dans la soirée du jeudi 26 novembre.

« Nous en avons discuté mardi soir en Conseil des ministres. Nous ne nous positionnons pas encore par rapport au vaccin. En d’autres termes, nous ne nous inscrivons pas sur la liste des pays futurs bénéficiaires », a expliqué la porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo.

Toutefois, « Nous attendons de voir d’abord l’efficacité du vaccin dans les pays qui l’utiliseront en premier », a-t-elle conclut.

L’on comprend aisément que le défi n’est pas seulement d’obtenir un vaccin efficace contre la COVID-19, mais d’amener les gens à l’accepter.

Yvette S. /T228