Infos Togo

Les femmes de Dévégo-Novissi s’insurgent contre Samaria et interpellent Faure Gnassingbé

Publié le lundi 17 août 2020, par Gabinho

Elles ne sont pas contentes de la société Samaria et elles l’expriment à haute et intelligible voix. Elles, ce sont les femmes de Dévégo et précisément celles de Dévégo-Novissi.

Ces femmes en tiennent pour responsable des sérieux problèmes qu’elles ont à savoir la dégradation des habitations, la pénurie d’eau, les fissures des murs et l’insécurité des enfants, la société Samaria qui exploite le sable dans la zone.

Ainsi dimanche, au cours d’un point de presse dans leur localité, ces femmes par la voix de la porte-parole de leur collectif ont dit exprimer leur « désarroi et « ras-le-bol afin d’exiger l’arrêt définitif du dragage pour nous mettre à l’abri de la pénurie d’eau, de fissures de nos murs et l’insécurité de nos enfants à Dévégo-Novissi ».

Si ces femmes disent interpeller les autorités togolaises, dont le préfet du Golfe, l’Agence Nationale de Gestion de l’environnement (ANGE), le ministre en charge des Mines et de l’Energie et mieux encore, le premier citoyen du pays, le Chef de l’État Faure Gnassingbé, pour une solution définitive à leur mal, les femmes de Dévégo Novissi tendent aussi la main « aux organisations des droits humains et aux associations de défense des droits de l’homme pour venir à notre secours, ceci dans l’intérêt du bien-être des sans voix ».

Les insurgées vont à l’encontre de certains chefs traditionnels qui d’après elles, avaient donné leur bénédiction à cette société qui depuis 8 mois déjà exploite le sable sur son site à Dévégo-Novissi.
T228