Infos Togo Recomposition de la CENI

A l’origine du surprenant retrait de l’UFC, une demande formelle du président Akufo-Addo

Publié le vendredi 9 novembre 2018, par Gabinho

Décidément, l’UFC continuera par payer son rapprochement avec le parti au pouvoir le RPT/UNIR. C’est du moins le constat que l’on peut en faire de ce retrait de ce parti de la CENI alors que lui-même au nom de l’opposition parlementaire a fait le siège de cette instance depuis déjà une année. Le parti de Gilchrist Olympio est remplacé dans la foulée par un des représentants de la Coalition de l’opposition et précisément du parti créé depuis quelques années par ses dissidents, l’ANC.

Réagissant chez nos confrères de Republicoftogo sur cette évolution alors même jusqu’au dernier moment, il criait à qui veut l’entendre que l’UFC ne quitterait jamais la CENI, le Conseiller de Gilchrist Olympio, Isaac Tiakpé, a confié que ce retrait surprenant hier Jeudi « nous l’avons volontairement accédé à la demande du président ghanéen Akufo Addo (l’un des médiateurs de la Cedeao, ndlr) qui s’est entretenu avec le président Gilchrist Olympio mercredi. Nous avons toujours manifesté notre volonté de faire en sorte que la feuille de route fixée par la Cedeao soit scrupuleusement respectée. Nous sommes et restons cohérents dans notre démarche. Nous allons maintenant nous atteler à préparer le prochain scrutin ».

Aussi, a poursuivi M. Tiakpé, « la politique est quelque chose de dynamique, c’est conjoncturel. Si certains considèrent que c’est une victoire, nous la leur concédons. La vie est une bataille comprenant des victoires et des défaites » et que « l’UFC n’a pas une conception figée de la politique ».

Et au Conseiller de M. Olympio de conclure avec un brin d’amertume et de regret, « nous militons pour un Togo tolérant. Le pays a besoin d’un renouvellement de sa classe politique. Il faut des gens qui incarnent la culture de l’ouverture et du compromis ; ce qui fait défaut aujourd’hui ».
T228