Infos Togo Législatives du 20 Décembre 2018 au Togo

Les conditions de Me Tchassona-Traoré pour une élection crédible et apaisée, et les attentes vis-à-vis de la CEDEAO

Publié le lundi 19 novembre 2018, par

Après son appel à se faire recenser à titre conservatoire, un appel qu’il se réjouit aujourd’hui du fait de son respect par, dit-il des Togolais en participant à la séance de rattrapage du recensement qui s’est tenue du 16 au 18 Novembre dernier, le président du MCD (Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement), Me Mohamed Tchassona-Traoré, revient une nouvelle fois, au devant de la scène. Et ceci, à la faveur d’un communiqué dans lequel il s’adresse aussi bien au gouvernement togolais qu’à la CEDEAO, en charge de la Facilitation dans la crise togolaise.

Au travers de ce document précité, le candidat malheureux à la présidentielle de 2015, et dont le parti jusqu’à preuve du contraire est membre de la C14 (Coalition des 14 partis de l’opposition togolaise), demande donc au gouvernement togolais de revoir le chronogramme des élections législatives, ceci, afin de permettre à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) recomposée ainsi qu’aux experts de la CEDEAO de proposer aux Togolais un fichier électoral acceptable.

Si le parti de Me Tchassona-Traoré réitère son appel à la Communauté internationale, et précisément l’instance sous-régionale, la CEDEAO, « à continuer à appuyer le Togo dans la quête de solution à la crise actuelle afin que les prochaines élections législatives puissent véritablement combler les attentes de la communauté nationale et internationale », le MCD tient aussi à la mise en œuvre des mesures d’apaisement et surtout la libération des personnes arrêtées lors des manifestations politiques de l’opposition. « Fidèle aux valeurs qui le fondent et conscient qu’il n’y a pas de lutte politique qui vaille sans le respect des droits humains, le MCD lance encore un appel au gouvernement afin qu’il procède à la libération sans condition de toutes les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations politiques et qui sont encore détenues dans les prisons », c’est ce que l’on pouvait lire dans le communiqué du parti. Il en est de même pour la levée de l’état de siège imposé à certaines villes de l’intérieur du pays, telles Sokodé, Bafilo et Mango. Tchassona-Traoré en demande la levée urgente de « l’état de siège de fait imposé » à ces villes.

Il fait donc de ces trois points à savoir, « la révision du fichier électoral, la libération des détenus et la levée de l’état de siège dans les villes précitées, le minimum indispensable pour une élection crédible et apaisée ».
T228