Infos Togo

Les chauffeurs sont fâchés et projettent observer « Une journée sans taxi », les raisons

Publié le vendredi 6 septembre 2019, par Gabinho

Ils se réveillent enfin et vaut mieux tard que jamais. Toutefois, il faut savoir qu’entre le mécontentement et sa manifestation, il y a une différence. Eux, ce sont les conducteurs de taxi. Ces derniers en ont ras le bol des frais d’assurance, des impôts et autres frais de mairie sous lesquels ils ploient tous les jours dans l’exercice de leur métier. Contre tous ces frais qui ne font que crever leurs recettes journalières, les chauffeurs de taxi, selon un communiqué du MMLK (Mouvement Martin Luther King) projettent observer une « Journée sans taxi », dans les prochains pour manifester leur mécontentement.
Voici le document du MMLK de pasteur Edoh Komi…

MMLK / RAS LE BOL ET CRIS DE DÉTRESSE DES CHAUFFEURS DE TAXI DÉPASSÉS PAR LES FRAIS D’ASSURANCE, FRAIS DE ROUTES ET AUTRES FRAIS PARALLÈLES

- L’État et ses associés font saigner les chauffeurs de taxi.

UNE OPÉRATION " JOURNÉE SANS TAXI EN VUE "

TABLEAU RÉCAPITULATIF VERTIGINEUX DES FRAIS

- 160.000F frais d’assurance par an
- 4500F impôts par trimestre, donc 18.000f par an
- 150f frais de mairie par jour, 4500 par mois x 12 =54 000f/ an
- 1500f visite technique par semestre, donc 3000f par an
- 1000F par jour pour payer la route (langage des chauffeurs)
- Frais de syndicats qui ne réclame rien pour les chauffeurs.

AVEC CES CHARGES EXPONENTIELLES, LES CHAUFFEURS DES TAXIS N’EN PEUVENT

En effet, les conducteurs de taxi automobiles constituent de maillons du transport routier et apportent énormément à l’économie du pays. La plupart dépendent des propriétaires des véhicules à qui ils doivent des comptes soit par jour, par semaine ou par mois avant de nourrir leurs familles respectives. Mais sur leur chemin, se dressent au quotidien des obstacles monstrueux décrits par le tableau des charges exponentielles qu’ils doivent payer à l’état, aux compagnies d’assurance et aux syndicats.

Ces charges les dépouillent et les réduisent à néant. Ils travaillent beaucoup mais ils sont malheureux. Les frais d’assurance, les impôts, les frais municipaux, les frais syndicaux et ceux du payement de route

Face à ces dérives, les conducteurs de Taxis, se sont confiés au Mouvement Martin Luther King pour porter leurs doléances et menacent de mener des actions notamment des JOURNÉES SANS TAXI dans les prochains jours.

Le MMLK interpelle les autorités à tourner un regard bienveillant et miséricordieux envers les conducteurs de Taxis en faisant réduire les frais d’assurances et supprimer d’autres qui sont simplement de trop afin qu’ils puissent vivre de leurs labeurs.

Lomé, le 5 septembre 2019

MMLK / La Voix des Sans Voix