Infos Togo Universités du Togo

Les chantiers sur lesquels la SEET et la LTDE attendent le ministre Akpagana

Publié le jeudi 21 mars 2019, par

Ces chantiers ne sont que ceux des besoins que sentent ces étudiants au quotidien dans leur cursus universitaire. Face à la presse hier mercredi soit juste au lendemain de la sortie des tranches des allocations et bourses des étudiants, les responsables de la SEET (Synergie des Élèves et Étudiants du Togo) et la LTDE (Ligue Togolaise des Étudiants du Togo), tout en reconnaissant que quelques efforts ont été faite depuis la prise de la présidence de l’Université de Lomé par le Professeur Dodzi Komlan Kokoroko, restent insatisfaits sur plusieurs plans. Ce sont donc ces plans qui constituent les chantiers sur lesquels ils attendent le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur et des Recherches, Professeur Koffi Akpagana.

""Les effectifs pléthoriques dans les salles de classes et amphithéâtres, le refus de la reprogrammation des cours et d’organisation des examens de rattrapage, l’indifférence des autorités togolaises sur l’aspect social en refusant l’augmentation des tranches à 25.000 F et 35.000 F respectivement pour les allocataires et boursiers par mois, le refus étonnant de la délivrance de la fréquence à la radio universitaire installée depuis plus de trois ans par l’Union Européenne, les non virement des arriérés des tranche à des centaines d’étudiants surtout à l’Université de Kara, la nature budgétivore de l’antenne de la DBS à Kara, le manque cruel des bus et le coût élevé des tickets comparativement à Kara, l’augmentation abusive des frais de restauration à 500F, la non reprogrammation de plusieurs TP à la FDS, la privation de Wi-Fi aux doctorants, l’inexistence des laboratoires, le manque cruel des microscopes, l’augmentation exponentielle des frais de formation en master et doctorat, le manque des stages malgré les lots de partenariat qui existent entre les universités publiques et les entreprises, le manque cruel des enseignants dans universités et écoles du Togo, la négligence des revendications des enseignants chercheurs, le refus de l’application de l’accord signé entre le gouvernement et les syndicats des enseignants du primaire et secondaire signé le 19 avril 2018 à la primature, l’installation des miliciens à l’Université de Lomé par le président et ses collaborateurs, l’implantation d’un corps féroce illégal baptisé COPUL par le président de l’Université de Lomé, l’échec du plan directeur fanfaronné par les autorités universitaires"". Ce sont là des besoins répertoriés par les deux organisations estudiantines qui entendent voir le ministre de tutelle agir fortement pour une résolution

En tout cas, de leur côté, Basile Aménuvévé, Victor Koutowou et leurs autres camarades se disent toujours déterminés à se faire entendre quand ça ne va pas et disposés ""interpeller les autorités universitaires et gouvernementales pour une résolution efficace des maux qui minent le système éducatif togolais"".
T228