Infos Togo Positions tranchées au dialogue inter togolais et reprises des manifestations de rue

Les Centristes craignent pour un 4ème mandat de Faure Gnassingbé sans les réformes ni un retour à la Constitution de 1992

Publié le vendredi 13 avril 2018, par Gabinho

""Ce n’est pas parce que nous marchons que les choses vont se faire automatiquement"", c’est bien là un des avis du groupe des Centristes regroupant le NET de Gerry Taama, la CPP de Francis Ekon et le PDP de Bassabi Kagbara. Pour ces trois partis qui étaient en conférence de presse ce jour, ""le dialogue avec un esprit de consensus reste le seul remède"" pour remettre le Togo sur les rails d’une démocratie apaisée.
Les Centrsites qui voulaient par cette sortie informer les uns et les autres qu’ils existent aussi et qu’ils ont une position à défendre au milieu des deux positions tranchées de UNIR au pouvoir et aussi la Coalition des 14 (opposition) ont formulé des recommandations. On en retient entre autres que ""le retour à la constitution de 1992 étant source d’autant de conflits que le maintien de l’actuelle constitution en l’état, une nouvelle constitution, conservant les fondamentaux de la constitution originelle de 92, mais actualisée par les apports de tous les corps constitués, et particulièrement ceux des travaux de l’atelier organisé par le HCRRUN sur les réformes politiques, peut davantage réconcilier les Togolais"". Aussi, ""la longévité au pouvoir étant une vraie préoccupation pour les Togolais"", les Centristes jugent que ""la question de la candidature ou non du président actuelle aux prochaines élections présidentielles, devrait faire objet d’un accord politique séparé des questions de réformes constitutionnelles et du cadre électoral"". Enfin le NET, la CPP et le PDP relèvent que ""les réformes constitutionnelles et du cadre électoral sont si importantes"" et donc, qu’ils sont disposés ""à verser dans le débat toutes ses propositions pour contribuer à mettre définitivement le Togo sur les rails de la démocratie apaisée"".

La politique étant une question de rapport de force, et constatant à regret les difficultés de la médiation à concilier les positions difficilement conciliables, le groupe des Centristes craint que nous n’en soyons là avec ces conflits et voir Faure Gnassingbé briguer son 4ème mandat. Personne n’ayant à elle seule la solution à la crise, ce groupe de courant politique qui se refuse toute idée d’une alliance ou coalition électorale, appelle les protagonistes à aller à une solution négociée.
T228