Infos Togo Supposés actes de violences à Sokodé

Les Centristes appellent à « une désescalade rapide des provocations et des agressions, d’où qu’elles proviennent »

Publié le vendredi 2 novembre 2018, par

Dans un document intitulé sécurité et recensement, le groupe de partis politiques « Les Centristes », ont donné leur avis sur les derniers développements de l’actualité au Togo. Parlant du recensement électoral, ce groupe de partis politiques (CPP, NET, PDP) se réjouit de ce que « la mobilisation et motivation exprimées par les populations ont démontré l’importance que celles-ci accordent aux élections comme seul moyen d’accès au pouvoir dans notre pays ». Il exprime dès lors sa reconnaissance à l’ensemble du peuple togolais.

Les Centristes pensent qu’ « il revient désormais à la CENI de tirer des leçons des dysfonctionnements qui ont survenu ici et là et de les corriger dans le futur ». Le groupe « demande à la CENI d’afficher dans les meilleurs délais les listes électorales provisoires, afin que tous les contentieux liés à l’enrôlement éventuel des mineurs, des étrangers et aux doubles enrôlements puissent se faire dans le cadre prévu par la loi ». Tout en remerciant « la CEDEAO à travers le comité de suivi qui s’emploie, par la mise à disposition de ses experts et par sa diplomatie agissante, à trouver une issue pacifique à la crise politique togolaise qui passe nécessairement par les réformes constitutionnelles et l’organisation d’élections législatives crédibles, respectant les standards internationaux », il invite « les populations togolaises en général, et celles de la préfecture de Tchaoudjo en particulier, à privilégier en toutes choses la voie du dialogue et de la concertation pour la résolution de tout contentieux politique ».

En tout cas, Francis Ekon, président de ce regroupement et ses pairs n’ont pas passé sous silence les douloureuses évènements qui pointent à nouveau du nez à Sokodé. « Depuis quelques jours, nous parviennent depuis Sokodé des informations inquiétantes, faisant craindre la résurgence des violences que notre pays a connues », écrit les Centristes qui appellent « à une désescalade rapide des provocations et des agressions, d’où qu’elles proviennent ». Ils demandent dès lors « une intervention directe de l’exécutif en particulier du Président de la République, afin de mettre un terme à une situation qui, si elle devrait perdurer, menacerait encore la paix et la concorde nationales ».
T228