Infos Togo Situation des prisonniers togolais

« Les autorités gouvernementales affichent une intention criminelle préméditée », d’après l’ASVITTO

Publié le mercredi 10 juin 2020, par Gabinho

C’est l’avis de l’ASVITTO sur la situation actuelle qui prévaut à la prison civile de Lomé, en ces temps de Covid-19… Lisez

Déclaration de l’ASVITTO relative à la situation des prisonniers
Les autorités gouvernementales affichent une intention criminelle préméditée
A la suite des analyses de dépistage foraines qui ont révélé des dizaines de cas positifs à la prison civile de Lomé, les malades au Covid-19 n’ont pas été évacués au Centre Hospitalier Régional (CHR) ni à d’autres endroits spécifiques pour une prise en charge appropriée selon les taux d’infection. Ces malades ont été mis dans des conditions inacceptables : un premier groupe de soixante-un malades dans une cellule de 9 mètres sur 5, un deuxième de cinquante-sept (57) dans une cellule de 8 mètres sur 5, et deux autres groupes de quinze (15) et dix-huit (18) malades dans des cellules de 2,5 mètres sur 3. Comme l’on pouvait s’imaginer, la surpopulation carcérale et la chaleur caniculaire sont jalousement entretenues par les autorités pour ce qui est des cas positifs au Covid-19.

Quant à la situation des autres malades qui souffrent d’autres infections comme la tuberculose, ils seraient mis ensemble dans une autre cellule.

La configuration était encore t’elle après le dépistage de masse au Covid-19. Mais depuis quatre (4) jours, suite aux malaises d’un détenu du lot des non contaminés, il s’est avéré qu’il s’agit encore d’un cas positif après son évacuation au service Cabano du Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio (CHU SO) de Lomé.

Curieusement, ce malade qui serait également un cas critique n’aurait pas sa place au CHU SO, et a été ramené à la prison civile de Lomé. Selon les investigations, il a été placé dans la salle des tuberculeux et ceux-ci ont été répartis dans les cellules où se trouvent des détenus non souffrant. Aux dernières nouvelles, il y aurait cent- cinquante-deux (152) cas positifs au Covid-19 à la prison civile de Lomé et ne bénéficient pas d’une prise en charge appropriée et sont loin de l’expertise cubaine.
En constatant la facilitation et l’encouragement de la propagation du Covid-19 par les autorités gouvernementales au sein de la prison civile de Lomé, l’Association des Victimes de Tortures au Togo (ASVITTO) conclut à la préméditation d’une intention criminelle dont les cibles seraient des prisonniers politiques dont le député Kpatchaa Gnassingbé, demi-frère du chef de l’État. L’ASVITTO met en garde toutes ces personnes mal intentionnées qui sont hantées depuis le 12 avril 2009 et qui continuent subtilement dans leur logique criminelle et en toute impunité.

Elle met également en garde les complices qui se laissent manipuler et qui cautionnent par des méthodes perverses et sournoises une prise en otage des prisonniers politiques. Il faut rappeler que c’est depuis 2014 que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a demandé la libération de M. Kpatchaa Gnassingbé et autres, mais leur détention arbitraire continue jusqu’à ce jour.

Enfin, l’ASVITTO convie les familles des détenus malades du Covid-19 et autres, les familles des détenus politiques, les familles des victimes du couvre-feu et les victimes de toutes les autres formes de tortures à une forte mobilisation dans les jours à venir, en vue d’amener les autorités à placer la dignité des togolais au centre de toute préoccupation.
Fait à Lomé, le 08 juin 2020.
Pour l’ASVITTO,
Le Président
M. ATCHOLI KAO Monzolouwè.