Infos Togo Covid-19-Tournées de Recherche-actions et recommandations, et de distribution de kits de lavage de mains

Les amers constats de SADD à Vogan et à Tabligbo

Publié le jeudi 30 avril 2020, par Gabinho

Le Covid-19 ne passera pas par SADD (Solidarité Action pour le Développement Durable). C’est certain. Bien engagée aux côtés des délégués du personnel des entreprises de la zone franche togolaise ainsi que des syndicats des travailleurs de ces entreprises, à travers des formations qu’elle organise à leur endroit sur la protection sociale et la sécurisation de l’emploi face à la pandémie du Coronavirus, cette organisation membre de la Société civile togolaise continue de déployer son agenda des actions particulières pour contrer la propagation du Covid-19 au Togo. L’autre action qui attire encore plus l’attention est celle d’une tournée dite de recherche action et de recommandations que SADD a organisé du 15 Mars au 06 Avril 2020 près des communautés d’accueil des entreprises multi-nationales et nationales minières de la région maritime au Togo, suivie d’une autre de distribution de kits de lavage de mains aux chefs cantons et chefs de village, présidents des comités de dialogue sociétal de 06 cantons et d’un village des communautés hôtes, du 20 au 22 Avril 2020.

« C’est dans sa dynamique de défense et de promotion des droits économiques et sociaux des populations des communautés hôtes des entreprises multinationales minières que SADD a organisé cette tournée pour recueillir les informations en lien avec les préoccupations et besoins prioritaires de ces populations afin de déterminer les actions idoines dans la droite ligne des recommandations du gouvernement et des défis que soulève la pandémie du COVID-19 dans les communautés hôtes des entreprises multinationales des mines au Togo », c’est ce qu’a laissé entendre son Coordonnateur, Yves K. Dossou.

Si la tournée de remise de kits a conduit la délégation de SADD avec à sa tête son Coordonnateur, chez ces responsables de communautés précités, il est à noter plus enrichissante a été encore la tournée recherche action et recommandations.

A cause de la désinformation, le Sodabi utilisé comme vaccin ou gel hydro-alcoolique
Si SADD appelle d’entrée à la responsabilité des multinationales minières présentes dans les zones visitées, il est à noter que amer a été le constat de cette organisation de voir que jusqu’au 06 Avril 2020, quand prenait fin sa tournée de recherche-actions, les communautés hôtes des EMNS minières n’ont bénéficié d’aucune mesure d’accompagnement de la part de ces entreprises, ni de projet en perspective en terme de responsabilité sociétale des entreprises face à la pandémie de COVID-19.

Ainsi, faisant siennes l’adage selon laquelle, « à défaut de ce qu’on veut, on se contente de ce qu’on a », les populations de ces communautés, selon les constats de l’équipe SADD, étaient obligées d’aller en contradiction avec les mesures barrières décrétées par le gouvernement. Ainsi, pouvait-on constater que les mesures barrières bien suivies dans la ville de Lomé et les autres villes sous bouclage sanitaire, par des conducteurs de Taxi et de moto-taxis ne sont pas d’actualité dans les villes et villages visités. De même, la distanciation sociale est très peu suivie à Lomé est complétement ignorée à l’intérieur des villes et villages. « A titre d’exemple, à Vogan, à 48 km au Nord-Est de Lomé, 1/10 de jeunes portent le cache-nez et 3/10 des adultes. Idem dans les villes de Tabligbo, Hahotoé, et dans les villages de Kinikondji, Sikakondji, Tokpli, Kpomé à titre illustratif », lit-on dans le rapport de tournée de SADD. Et plus renversant encore, « dans les chefs-lieux des cantons et les villages environnants, la boisson alcoolique locale dénommée « Sodabi » est érigée en vaccin contre le coronavirus suite à des désinformations qui prescrivent la prise d’une dose chaque matin aux populations (jeunes et adultes) de plusieurs villages, notamment celles des communautés hôtes des entreprises minières (Tabligbo, Hahotoe, Vogan, Kinikondji, Sikakondji, Tokpli, Kpomé) que nous avons visitées. Le Sodabi sert en même temps de gel hydro-alcoolique pour désinfecter les mains. Certaines mesures barrières comme les accolades, les poignées de mains et le port de cache-nez sont rejetés par une majeure partie des populations des villages et cantons précités, poursuit ce rapport.

SADD craint encore plus, au vu de tout ce qui précède, pour « les localités très reculées où WhatsApp désinforme, l’internet est inaccessible ou peu accessible, de même que les canaux classiques d’informations que sont la radio et la télévision ». Elle en appelle donc à l’implication des organisations de la société civile pour accompagner le gouvernement dans la diffusion de bonnes et justes informations et sa mise en application, et espère que ce rapport sur ses recherche-actions et les recommandations qui s’y trouvent vont permettre au gouvernement de prendre la mesure des choses et d’intervenir en faveur de ces populations.

Toutes ces activités de SADD ont été rendues possibles grâce au soutien de WSM (We Social Movements), de la DGD (Direction Générale au Développement) de la Belgique et du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Terre Solidaire) de France.
T228