Infos Togo Précomptes sauvages au CHU Sylvanus Olympio

Les agents membres du SYNPHOT brandissent la menace d’une semaine pleine de débrayage

Publié le lundi 13 août 2018, par

Que se passe-t-il encore au CHU Sylvanus Olympio ? C’est ce que l’on est tenté de se demander. En tout cas, le 10 Août dernier, les agents de ce centre, surtout ceux membres du SYNPHOT étaient à nouveau en mouvement. Il était question d’un sit-in observé afin de réclamer que cessent les précomptes sauvages dans lesquels le directeur de ce centre hospitalier excelle ces derniers temps.

Si d’après les mots du point focal du SYNPHOT, « il est en droit de précompter, c’est ainsi aussi qu’il a le devoir de payer les salaires du personnel ». En sit-in le 10 Août dernier, ces membres du personnel du CHU Sylvanus Olympio disent « réclamer le paiement immédiat de 3 mois de garde, l’épurement de nos arriérés de nos avancements depuis 2012, et si rien n’est fait, nous allons durcir le ton. Le personnel a décidé de se retrouver ici chaque jour. Et il (le Directeur) se trompe, s’il croit que nous allons nous retrouver ici 2 heures et repartir. On peut durcir le ton en allant à des sit-in d’une journée voire d’une semaine ».

Et comment en est-on arrivé là ? Le point focal indique qu’ils se sont décidés à débrayer dans la mesure où, ils ont constaté que l’interlocuteur, malgré les discussions en cours à la suite de certains mouvements autres fois faits pour revendiquer l’« équipement de nos centres, le recrutement du personnel », a plutôt choisi de faire des précomptes sauvages à des agents dont certains se seraient retrouvés sans salaire puisque les précomptes des mois de mars et avril 2018 ont couvert tout leur salaire ou presque.

En tout cas, insiste le porte-parole des agents, « aussi sur les équipements », parce que, juge-t-il, « inacceptable, les conditions dans lesquelles nous perdons nos patients ».
T228

N.B : Photo archive