Nos régions Savanes

Les acteurs de la production céréalière du CIC –Togo parlent contractualisation

Publié le jeudi 17 mai 2018, par Gabinho

Le Togo est caractérisé par la production agricole. Cette production est en grande partie, celle des céréales qui constituent un poumon majeur de l’autosuffisance alimentaire. Les différents céréales produits au Togo sont consommés sur place et exportés ; la commercialisation et ou le transit de ces produits passent toujours ou nécessairement par plusieurs acteurs dont les plus touchés sont les producteurs eux-mêmes, les transformateurs et les transporteurs.

Le Togo, malgré les excédents successifs (surtout le maïs depuis la campagne agricole 2010-2011 jusqu’à ce jour), les producteurs agricoles en général et ceux des céréales en particulier se buttent à l’unique problème : celui de la mise en marche de leurs produits de récolte.

L’Etat de son côté s’évertue avec ses actions pour apporter des solutions aux problèmes d’une part, et de l’autre côté, ces efforts sont relayés par des producteurs qui trouvent une importance capitale de la vie et du travail en groupements ; d’où l’émergence des faitières des producteurs, commerçants, des transformateurs et des transporteurs.

Au rang de ces groupements ou associations, le Comité Interprofessionnel des Céréaliers (CIC)-Togo ; cette organisation a réuni les producteurs céréaliers, les transformateurs, les commerçants, les transporteurs, eet les équipementiers de la région des Savanes ce 17 mai et ce pour deux jours afin de réfléchir sur la possibilité de la mise en relation et de création d’un espace de contractualisation entre les collèges des producteurs, transformateurs et commerçants de la filière des céréales.

C’est le Directeur régional de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique, M. Evarist Douti LARDJA qui a donné le coup d’envoi des travaux de la dite rencontre ; il exhorté les acteurs réunis à plus de concentration pour des échanges et résolutions fructueux afin de donner espoir à tous dans son entreprise. Il n’a pas manqué de relever l’importance du travail de chaque acteur dans la utte contre la faim , le chômage et surtout dans le développement de notre pays surtout que l’agriculture constitue le souci du chef de l’Etat qui veut faire de celle –ci un outil de développement économique sans pareil de notre pays.

Pour sa part, le président national de CIC-Togo, M. BAKPAM Mèvèinoyou, a, dans son intervention relevé les goulots d’étranglements qui constituent les obstacles de la mévente des productions. C’est à ce titre il remercie la tenue de la présente assise qui va certainement pondre des dispositions et résolutions qui vont non seulement donner des avantages dans leurs activités, mais aussi donneront un impact favorable sur le vécu quotidien de leurs familles : celui de subvenir à leurs enfants dans un monde où ils sont libres et grandissent pour devenir des citoyens épanouis, en bonne santé, bien éduqués et indépendants, créant eux-mêmes leur base d’existence au sein d’une collectivité locale gérée démocratiquement.

La présente activité est soutenu financièrement et techniquement par Bornefoden représenté par M. PANTOM André, Coordinateur de la Zone 1 ; il a également remercié le CIC –Togo pour son dynamisme et a invité aux participants à plus de réflexion car la mise d’un espace de contractualisation visé s’avère indispensable. L’occasion pour eux de relever les forces, faiblesses, opportunités et menaces du CIC-Togo, section région des Savanes.

Ceci permettra de bien réfléchir pour savoir quand faut-il s’entretenir, quelles dispositions prendre pour le respect des clauses d’engagement, quel arbitrage convenir entre acteurs et qui gagne quoi. Bref, définir les rôles et responsabilités de chaque acteur de la filière céréalière.

D’une manière globale, il s’agit de mettre en relation les maillons de la filière céréalière et de déterminer les périodes d’échanges formels pour la meilleure commercialisation des produits agricoles en général, et des céréales en particulier ; il est donc question de partager et de s’enrichir des succès des uns et des autres et de capitaliser les bonnes pratiques.

Il faut rappeler que le CIC-Togo a expérimenté ce système grâce au projet Trade Hub de l’USAID en participant aux bourses céréalières dans la sous –région.

Les partages sur les rôles et responsabilités des acteurs de la filière céréalières, l’analyse des points faibles et des points forts des expériences de commercialisation développées par les acteurs, les échanges sur le CIC au Togo et ses acteurs, les partages sur les conditionnalités d’exportation des produits agricoles dans l’espace CEDEAO, l’établissement des contrats formels entre acteurs, l’expression des besoins céréaliers par les acteurs et la définition d’un mécanisme de suivi des contrats établis sont les grands axes sur lesquels vont se plancher la rencontre sous la facilitation de M. NAGNAGO A. Yakouba, Ingénieur agronome , directeur exécutif national de la Centrale des Producteurs Céréaliers (CPC)-Savanes.

 V.G.(Télégramme228-Savanes)