Infos Togo Agriculture togolaise

Le visa de VISAV aux paysans de Zio pour une production durable

Publié le mercredi 29 avril 2020, par Gabinho

Une chose est de produire mais une autre est aussi de produire sur la durée. C’est donc pour amener les paysans togolais et particulièrement ceux de Zio et ses localités telles que Xénovikopé, Djogbédji et Gbatopé que l’ONG SOS VISAV (Santé animale et végétale) dont le Coordonnateur est Mawunyo Kodjo Aziagba, porté sur les fonts baptismaux depuis Septembre 2013 s’est donnée pour vocation la recherche, la préservation du bien-être animal, humain, végétal et environnemental.

Dans sa démarche, la structure coordonnée par M. Aziagba se met à l’accompagnement des paysans de la préfecture de Zio dans la pratique des techniques agricoles dites modernes. Il s’agit d’après celui-ci de pratiques qui doivent être répliquées dans les milieux ruraux pour éviter la dégradation de l’environnement, ou encore les effets néfastes sur la santé humaine.

De ce qu’il a confié à nos confrères de Vert-Togo, « étant donné que la protection de l’environnement est bien au cœur des causes que nous défendons, l’association est allée à la rencontre des paysans avec le double objectif suivant : les persuader des dangers liés à l’introduction des nouvelles pratiques agricoles, notamment l’usage de pesticides et de fertilisants chimiques, les initier à la pratique de méthodes culturales qui sont à la fois plus écologiques, moins coûteuses mais tout aussi rentables ».

Parlant de pratiques, on en retient deux principales qui font l’objet de la collaboration entre VISAV et ces paysans de Zio, à savoir, la permaculture et l’agroécologie. « Puisqu’il faut offrir à ces hommes et femmes vivant quasi exclusivement du travail de la terre une alternative qui rapporte autant de rendement voire davantage, la permaculture l’agroécologie sont les concepts autour duquel nous travaillons avec eux en vue de les initier à ses différentes pratiques. Cette approche entamée par SOS VISAV depuis l’année précédente porte déjà des fruits de façon significative et cela satisfait, de toute évidence, à la fois, l’association et les bénéficiaires. Au cours de cette année 2019, plusieurs paysans (26 en tout) ont pu bénéficier de notre accompagnement, pour les activités d’avant, pendant et après les travaux champêtres dans les localités : Xénovikopé, Djogbédji et Gbatopé ». C’est ce qu’a expliqué M. Aziagba, dont l’ONG s’y investie depuis l’année dernière.
T228

N.B : Photo Vert-Togo