Infos Togo Dapaong / Lutte contre le COVID 19

Le REFED-Savanes s’investit au profit des communautés vulnérables

Publié le lundi 20 juillet 2020, par Gabinho

 .

La région des savanes s’ouvre sur trois pays limitrophes que sont le Bénin, le Ghana et le Burkina Faso. Depuis l’apparition de la pandémie du covid-19 en Afrique, le Togo et ses pays limitrophes ont enregistré de nombreux cas de contamination et de décès liés à cette maladie. La porosité des frontières des trois pays avec la région des Savanes ne facilite pas la maîtrise des flux migratoires pour la gestion de cette pandémie. Face à la virulence du virus, des craintes de contamination rapide des populations des cantons de la région des Savanes frontaliers aux trois pays se font sentir. Pire, le Ghana et le Burkina ont entamé leur déconfinement, engendrant une poussée importante de leurs populations vers le Togo pour rejoindre leurs familles ou pour des activités de transaction.

Pour sa part, le Réseau Femmes et Développement (REFED) dans la région des Savanes veut bouter considérablement le covid-19 hors de la région et améliorer les conditions de vie sociales et sanitaires des communautés vulnérables à la pandémie (femmes, filles élèves, apprenties et handicapées). Aussi les femmes de la région des Savanes, qui pèsent dans la prise en charge des besoins des familles n’arrivent plus à nourrir leurs familles. Dans ces conditions de vie difficiles, les femmes et les jeunes filles sont exposées à la précarité menstruelle liée à leur morphologie féminine stressée. Elles doivent choisir entre manger et acheter des protections hygiéniques. Elles utilisent alors plusieurs techniques telles que l’utilisation des vieux chiffons ou morceaux de pagnes pour se protéger périodiquement et sont alors exposées aux infections vaginales récurrentes qui seront susceptibles d’avoir à la longue des conséquences sur leur santé de reproduction. Les mêmes vieux pagnes sont aussi utilisés comme bavettes de protection faciales, augmentant ainsi les chances de contamination du COVID-19.

Conscient de cette situation, le REFED/S qui est un réseau régional des associations et groupements de femmes, entend apporter sa contribution pour limiter la propagation de la COVID-19 dans la région en apportant l’information auprès des communautés et en améliorant la qualité de leur vie sociale et sanitaire et réfléchir à des actions concrètes de développement qui seront menées après la pandémie afin de permettre la relance des activités économiques de la région pour un bien-être pour toutes et pour tous. Et c’est dans cette dynamique que le REFED/S a obtenu du PNUD le financement pour le projet « Actions urgentes contre la propagation du COVID-19 dans la région des Savanes au Togo : les femmes s’investissent dans 33 communautés frontalières au Burkina Faso, Ghana et Bénin ».

Pour la coordinatrice du REFED/Savanes, Mme KABISSA Confort, épouse LAMBONI, la présente rencontre vise donc à contribuer au processus de relance des activités économiques et sociales avec le temps que prend la COVID-19 pour disparaitre, appuyer les femmes du REFED/S à faire la situation des conséquences de la COVID-19 dans la région des Savanes, anticiper sur les conséquences d’après la pandémie dans la région des Savanes en proposant des pistes de solutions de relance des activités socio-économiques des femmes , faire des recommandations à l’endroit du gouvernement, des Partenaires Techniques et Financiers pour faire face à la pauvreté accentuée et enfin prendre des résolutions pour accompagner les femmes dans leurs activités socio-économiques. Le REFED/S veut alors axer ses actions sur les communautés togolaises frontalières avec le Burkina Faso, le Ghana et le Bénin.

Ces actions se justifient par le fait que l’économie locale de la région des savanes étant basée sur l’agriculture, et avec la fermeture des frontières et l’interdiction des voyages par le Gouvernement togolais pour contenir cette pandémie, les paysans n’arrivent plus à écouler leurs produits agricoles. Ils vivent dans la précarité.
V. G. (Télégramme228)