Infos Togo C14

Le PSR aussi claque la porte ! (Les raisons)

Publié le mercredi 23 octobre 2019, par Gabinho

Ils ne sont plus que cinq jusqu’à un possible nouveau retrait. Presque
un mois après ADDI, c’est au tour du PSR de se retirer de la Coalition
C14 qui a fait tant rêver les Togolais épris de liberté et
d’alternance entre 2017 et 2018.
Dans une lettre adressée à la coordination de cette coalition, le
parti a signifié la suspension de sa participation aux activités de ce
regroupement, presque dans le même registre que les prédécesseurs.
Selon les termes de ce courrier dont nous avons pu nous procurer
copie, et en date du 22 Octobre 2019, « dans le cadre de la recherche
d’un candidat consensuel pour l’élection présidentielle de 2020, des
discussions ont été ouvertes depuis plusieurs semaines voire plusieurs
mois au sein de la C14 » ; Et si « d’emblée, une majorité s’est
exprimée en faveur d’un renoncement des membres de la C14 à une
candidature, au profit de celle d’un membre de la Société civile », le
PSR (Pacte Socialiste pour le Renouveau), pour sa part dit avoir « 
émis de sérieuses réserves sur cette option indiquant qu’il était
dangereux de renoncer a priori à nos propres candidatures au profit
des personnes à déterminer dont on ignore les identités et les
qualités ». Pour ce faire, le parti dénonce au passage le fait qu’ « 
au lieu que les discussions se fassent dans l’esprit de la charte qui
lie les partis membres et d’éventuels adhérents, la position actuelle
de la majorité des membres de la C14 consiste à dire que ceux qui
désireraient être candidats aux prochaines élections présidentielles
doivent faire acte de candidature dans le cadre d’un panier commun
dont la composition est encore incertaine. Il faut souligner que la
composition du Conseil des sages devant arbitrer reste à définir de
même que les modalités de désignation du candidat et les critères
devant permettre d’y parvenir ». A tout prendre, pour le PSR, cette
position de la C14 va à l’encontre de l’article 1er de sa Charte qui
stipule que « les signataires de la présente Charte et ceux qui y
adhèrent plus tard, affirment leur volonté à mettre en commun leurs
efforts afin de parvenir, en symbiose avec le peuple, à un Etat de
droit et à l’alternance politique. Ils s’engagent donc à lutter en vue
des réformes, à créer les conditions pour les élections libres et
transparentes et à y participer. Les partis signataires adhèrent au
principe des listes uniques aux élections locales et à la candidature
unique à l’élection présidentielle. Ils s’engagent à travailler de
bonne foi à sa réalisation. Les modalités et les critères de
désignation seront définis de façon consensuelle ».
Et donc poursuit toujours le document, « s’il est concevable que la
C14 puisse en toute connaissance de cause soutenir un candidat déclaré
dont le positionnement parait favorable à la réalisation de
l’alternance, la démarche actuelle de la C14 qui, manifestement,
s’apparente à une hostilité à toute candidature d’un homme politique
est contraire aux finalités des partis politiques et manque, à notre
sens, de lisibilité ».
Le Secrétaire national du PSR, Prof Agrégé Komi Wolou, signataire de
cette lettre, poursuit son analyse, indiquant que, « outre les
incertitudes que recèle cette procédure, il résulte de cette situation
que la C14 n’est plus aujourd’hui une structure capable de parler
d’une seule vox dans le choix d’un candidat aux prochaines élections,
les éventuels prétendants à la candidature membres de la C14 devant en
leur nom propre, déposer leur candidature dans ce panier commun ».
Sans se tromper et jusqu’à preuve du contraire, ils ne sont plus que 5
au sein de la C14, à savoir la CDPA de Brigitte Adjamagbo-Johnson, les
FDR de Me Dodji Apévon, Les Démocrates de Nicodème Habia, UDS Togo
d’Antoine Folly et DSA de Targone N’wanki.

T228