Infos Togo AGRI/ENVIRONNEMENT

Le piège Para-phéromones, une technologie au principe des « 4 zéro » pour éliminer les mouches

Publié le mardi 21 juillet 2020, par Gabinho

Vers, asticots, fruits pourris et chute prématurée des fruits, etc. ; Pour protéger les vergers et arbres fruitiers, un piège à para-phéromones est élaboré par le PPAAO pour lutter contre la mouche de fruits.

Autrefois, les mangues greffées étaient exposées aux ravageurs qui s’accrochaient aux fruits et y pondaient des œufs. Avec le temps, ces mangues pourrissaient et constituaient une perte aux propriétaires et une dette aux commerçantes c’est pourquoi la méthode de lutte durable contre la mouche de fruits dans les vergers de manguiers greffés issue de la technologie biofeed est introduite au Togo.

Le PPAAO (Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest) a soutenu l’Université de Kara par l’acquisition de 2000 pièges à para-phéromones pour lutter contre ce fléau. Cette technologie de lutte contre les mouches de fruits est axée sur le principe des « 4 zéro » à savoir : zéro pulvérisation, zéro utilisation de pesticides chimiques, zéro contamination de l’environnement et zéro résidu de pesticides dans les denrées traitées. De ce fait, la lutte contre la mouche de fruits se fera sans aucune pulvérisation de produits chimique et de réduire le niveau d’infestation de fruits généralement de 80 à 95%.

Le piège consiste en un dispositif à écran plat contenant une substance liquide. La mouche de fruits, attirée par ce dispositif, vient se poser sur le panneau pour s’alimenter et meurt peu de temps après. Le dispositif d’alimentation agit comme une station d’alimentation à long terme en utilisant un mécanisme qui assure une libération lente du liquide de qualité constante sur une période allant jusqu’à 1 an.
Cet appui du PPAAO-Togo a permis le recouvrement de 158,75 ha de vergers au plan national. Résultat, les mangues ne sont plus infestées, mêmes gardées pendant une longue période, elles restent toujours en bon état.

Les infestations ont considérablement diminué et on enregistre une augmentation significative des revenus de 33 à 70 %. A présent, les revendeurs n’encaissent plus de dettes dues au pourrissement des fruits ; Ils se réjouissent plutôt de ce soutien du PPAAO.
Yvette S. /T228