Infos Togo ELEVAGE

LE PARAGRAPHE DE LA RICHESSE S’OUVRE SUR LA FERME KPANÉMAN DE LARÉ TIENNEBIA, GRÂCE AU PPAAO

Publié le vendredi 24 juillet 2020, par Gabinho

Au Togo, le sous-secteur de l’élevage paraissant banal, nourrit en réalité toute une famille et constitue une mine de richesse pour les éleveurs si soutien il y a. C’est ainsi qu’avec l’appui du PPAAO, l’élevage est devenu une richesse pour Tiennebia Laré.

Dans la région des savanes, du côté septentrional du Togo, l’élevage des pintades est plutôt favorable et c’est là, que la ferme Kpanéman du jeune Tiennebia a bénéficié de l’accompagnement du PPAAO (Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest) pour accroître la production des pintades et poules locales de race améliorée.

Basée à djangou dans le tône, cette ferme a vu le jour avec 11 volailles mais très vite, ce chiffre a évolué et est passé à plus de 400 sans les vendus. Les volailles sont suivis régulièrement, bien entretenus, bien soignés et sont nourris par des asticots produits spécifiquement pour eux.

Après tant de regrets, Cet éleveur de poules et de pintades a récolté les fruits de ses efforts avec l’appui multiforme du PPAAO et s’estime heureux de voir ses activités progresser devenant ainsi la référence dans son village.

« J’avais à l’époque une dizaine de volailles que j’élevais avec mes moyens de bord. Je les vendais à chaque occasion pour subvenir aux besoins de ma famille. De la sorte, nous vivions au jour le jour jusqu’au moment où j’ai eu la chance d’avoir le soutien du projet PPAAO-Togo », a confié M. Laré. Une activité qu’il a héritée de ses parents et qu’il pratiquait pour faire survivre sa famille.

Grâce aux équipements offerts par le PPAAO, M. Laré a commencé à entretenir avec rigueur les volailles qu’il élève. Parmi ces équipements, se trouvent une fosse de fabrication des asticots qui lui permet de nourrir les volailles, un poulailler de plusieurs compartiments construit par le PPAAO, un tricycle, des panneaux solaires, des mangeoires, des abreuvoirs, des kits d’entretien des volailles, une couveuse électrique pour assurer la multiplication des animaux et bien d’autres appuis.

Avec cet élément déclencheur de meilleur rendement, parti d’une dizaine de tête, M. Laré est aujourd’hui à plus de 400 volailles avec un chiffre d’affaires avoisinant 500 mille F cfa surtout au moment des fêtes.
Yvette S. /T228