Infos Togo Présidentielle de 2020, Nouvelles révélations de Loum dans l’affaire des incendies...

Le MPDD dénonce et espère ""une feuille de route de la victoire et de la gouvernance plurielle du Togo en 2020""

Publié le samedi 9 novembre 2019, par Gabinho

Le MPDD (Mouvement patriotique pour la Démocratie et le Développement) de Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, quelques semaines après sa rentrée politique, était à nouveau devant la presse ce Samedi. Cette fois, pour aborder trois sujets principaux, à savoir la question de la présidentielle de 2020 et ses préparatifs, celui du bien-être quotidien des Togolais, et enfin les révélations de Mohamed Loum, dans l’affaire des incendies.

Non à une organisation unilatérale de la présidentielle
Pour ce qui est du processus électoral, le parti de l’ancien Premier ministre constate qu’à l’alure où vont les choses, ""le pouvoir semble de plus en plus emmuré dans sa volonté d’organisation unilatérale de l’élection présidentielle comme en témoignent les manœuvres actuelles de la Ceni qui exécute son agenda sans une véritable réforme en profondeur du cadre électoral"" et que ""les dernières modifications du code électoral adoptées le 05 novembre 2019 par l’Assemblée nationale sont loin de prendre en considération les attentes des populations et de l’opposition républicaine. Pour Gabriel Agbéyomé Kodjo et ses camarades de lutte, ""les conditions définissant le vote de la diaspora (détention six mois auparavant de la carte consulaire avant l’enrôlement pour le vote qui ne se fera qu’exclusivement dans les ambassades) démontrent à suffisance l’absence de véritable volonté de permettre aux compatriotes de la diaspora d’intervenir de prendre part au scrutin présidentiel de 2020. Une imposture à laquelle a refusé de s’associer le MPDD qui n’a donc pas pris part au vote des modifications du code électoral"". Ils invitent dès lors ""les populations et la diaspora à une mobilisation sans précédent pour exiger de meilleures conditions d’organisation à même de garantir la vérité des urnes lors du prochain scrutin présidentiel"". S’il salue ""les immenses efforts déployés par Monseigneur Fanoko Kpodzro pour rassembler les forces de l’opposition républicaine avec la mise en place des deux commissions censées œuvrer pour la transparence du scrutin présidentiel de 2020"", le MPDD qui a investi son président national comme candidat à cette élection, espère que ""ses propres initiatives vis à vis de l’opposition républicaine (rencontre entre autres des leaders de la C14, de l’ANC), débouche sur la mise en place de la Cellule Stratégique Républicaine de l’opposition (CSRO) qui doit, dans un sursaut patriotique, construire la feuille de route de la victoire et de la gouvernance plurielle du Togo en 2020"".

Dossier incendie, Agbéyomé et Adja blanchis par Loum
De ce dossier, il en ressort qu’il y a un nouveau rebondissement. Il s’agit de nouvelles ""graves révélations faites par Mohamed Loum, le témoin à charge principal du pouvoir dans l’affaire des incendies de 2013 des grands marchés de Lomé et Kara, et qui mettent directement en cause les personnalités de premier plan de notre pays"". Le parti dit ne pas ""comprendre un tel cynisme au sommet de l’État dans le seul but de réduire au silence des adversaires politiques soucieux d’une meilleure gouvernance de notre pays"". Il dit ""s’incliner une fois de plus devant la mémoire de toutes les victimes de ce drame national et réitère sa compassion et sa solidarité à tous ceux qui de près ou de loin sont traumatisés à vie"" et ""demande à Faure Gnassingbé et ses collaborateurs de tirer les conséquences qui s’imposent de ces révélations et que justice soit faite sans délai à toutes les victimes et à la Nation tout entière"". Le MPDD pour enfin un ouf de soulagement et rend grâce à Dieu de ce "" qu’enfin la vérité a éclaté au grand jour disculpant les leaders et militants du Collectif Sauvons le Togo (CST) dont Gérard Adja et Agbéyomé Kodjo respectivement premier Vice-Président et Président national du MPDD arrêtés début janvier 2013 avant même que ne soit arrêté Mohamed Loum, le témoin principal à charge du pouvoir"". Il s’agit ni plus ni moins d’une nouvelle épreuve des faits qui ""permet à la vérité historique de blanchir le Président national du MPDD, Agbéyomé Kodjo, sans cesse accusé injustement par le pouvoir RPT-UNIR à l’instar du massacre de Fréau Jardin le 25 janvier 1993 dans le seul dessein de le neutraliser politiquement"".

Plaidoyer pour le bien-être des populations

S’agissant de la vie de la nation et du quotidien des Togolais, le parti se soulève contre la dernière décision de relèvement du coût des actes d’état civil qui d’après lui ""ne se justifie pas dans le contexte actuel de détresse de l’écrasante majorité de nos populations paupérisées"". S’il se dit bien ""conscient de la nécessité de réaliser des recettes fiscales pour le fonctionnement de l’administration"", le parti de M. Agbéyomé ""déplore l’étranglement des PME/PMI par des procédures musclées et contraignantes de l’OTR et de la CNSS"". Au MPDD, on ""invite par conséquent le gouvernement à reconsidérer sa position et privilégier davantage le développement humain au profit des performances macro-économiques sans impact réel sur le quotidien des populations"" et à opte ""pour des stratégies souples et flexibles à même de préserver la vitalité de nos entreprises, par ces temps de crise, et subséquemment les conditions de bien-être de nos travailleurs"".

T228