Infos Togo Projet de Développement rural de la Plaine de Djagblé (PDRD) / Production de riz

Le Médiateur de la République s’y mêle et saisit le ministre Bataka pour des « dispositions urgentes » en faveur des expropriés

Publié le vendredi 27 décembre 2019, par Gabinho

Doit-on s’attendre à des jours tumultueux sur le site d’exécution du projet de promotion de la production de riz dans la plaine de Djagblé, porté par le PDRD (Projet de Développement rural de la Plaine de Djagblé) ? C’est la grande interrogation.

Victimes d’expropriation de leurs terres déclarées d’utilité publique dans le cadre du Projet de Développement rural de la Plaine de Djagblé, initié par le gouvernement togolais avec l’appui de la BADEA (Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique) et la BID (Banque Islamique de Développement), et sans indemnisation aucune jusqu’à ce jour, de la part du Comité interministériel d’Indemnisation, les Acquéreurs de terrain de Djagblé, où se développement le projet de production de riz, face à toute lenteur administrative constatée, ont saisi le Médiateur de la République Awa Nana Daboya. Cette dernière, selon des informations à notre portée et des échanges de courriers, vient de saisir le ministre de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, par un courrier N°241/2019/MRT en date du 17 Décembre 2019, lui recommandant de faire prendre les dispositions idoines pour la poursuite des discussions avec le comité des acquéreurs.

Selon les termes du courrier du Médiateur de la République au ministre de l’Agriculture, « il ressort de leur (les membres du Comité des Acquéreurs de terrains de Djagblé) exposé des faits, qu’à la suite de l’expropriation de leurs parcelles de terrains dans le cadre de l’exécution du Projet de Développement rural de la Plaine de Djagblé (PDRD), initié par le Gouvernement Togolais, les réclamants constitués en comité d’acquéreurs du domaine déclaré d’utilité publique, auraient entrepris les démarches auprès du Comité Interministériel d’Indemnisation mis en place dans le cadre dudit projet, afin d’obtenir le cas échant une réattribution des parcelles de terrain ; mais que c’est face à la lenteur administrative et la mauvaise volonté de coopérer du Comité Interministériel d’Indemnisation, ils ont recours au Médiateur de la République pour permettre une relance des discussions entre les différentes parties afin de parvenir à un dénouement rapide et heureux dans le dossier ».

Dans la suite de cette correspondance, il est indiqué par le Médiateur de la République que c’est « au regard de ses attributions et conformément à l’article 10 alinéas 1 de la Loi organique N°2003-021 du 9 Décembre 200 qu’il prend cette initiative de prier le ministre de l’Agriculture ainsi que les membres du Comité interministériel à « bien vouloir faire prendre les dispositions idoines et urgentes pour remédier à cette lenteur administrative reprochable à l’administration afin d’éviter un dysfonctionnement du service public » de son département. Le Médiateur de la République s’attend à avoir un compte rendu dans les plus brefs délais.

On peut, après échanges informels avec certaines victimes de cette expropriation au nom du projet de promotion de la production de riz dans la plaine de Djagblé, qui continuent de ruminer leur colère, dire que ces dispositions idoines et urgentes sollicitées par le Médiateur de la République, ne seront que salutaires pour toutes les parties vu que ces dernières n’excluent pas d’aller à des mouvements d’humeur sur le site d’exécution du projet, pour faire bouger les choses. En tout cas, s’il faut en arrive à ces extrêmes, avant que des décisions ne soit prises pour régler ce problème de réattribution de terres et d’indemnisation des expropriés, ce ne sera que de mauvaise publicité pour le Chef de l’Etat qui avait pourtant lancé ce projet en grande pompe, surtout par ces temps de pré-campagne électorale et à l’approche de campagne électorale de la présidentielle de 2020. Bon à suivre !
T228

N.B : Les Acquéreurs de Djagblé (Photo archives)