Nos régions Kozah

Le groupement Extra Neem a lancé officiellement son entreprise

Publié le mercredi 6 juin 2018, par

Elles sont une vingtaine de femmes issues des cinq villages du canton de Tchitchao réunies au sein du groupement Extra Neem ; elles ont eu en partenariat avec l’ONG Development For All (DFA) un financement du Fonds d’Environnement Mondial (FEM) pour la transformation des graines de neem dans le canton de Tchitchao. Les activités du projet « valorisation des vertus de neem » ont commencé depuis mars 2017 et le 04 juin dernier, le groupement a lancé officiellement ses activités sur leur site du Collège militaire Général Eyadema de Tchitchao en présence de plusieurs autorités cantonales et préfectorales.

Le groupement s’est spécialisé dans la fabrication des produits cosmétiques à base des graines de neem (savons et pommades). Ces produits traitent les maladies de la peau (infections) et luttent contre les rides, les mauvaises odeurs corporelles. Avec ces graines, le groupement extrait de l’huile qui lutte contre les attaques des termites, sert à conserver des céréales et lutte contre les moustiques. Les résidus (tourteaux de neem) constituent de l’engrais bio sans dangers pour la santé humaine et lutte contre la dégradation des sols cultivables.

Pour le coordinateur de l’ONG DFA, Komi Maglo, l’entreprise du groupement Extra Neem est une activité à double ambitions à savoir, contribuer à la lutte contre la pauvreté et celle de la préservation du couvert végétale et la restauration des sols à travers une action application naturelle. C’est ce qui explique leurs recherches avec les Universités du Togo afin de garantir une grande production des récoltes avec les produits dérivés des graines de neem. D’après M. Maglo, l’ONG DFA a négocié 06 hectares pour reboisement des jeunes plants de neem. Ceci, pour non seulement préparer la provision des graines mais aussi contribuer sensiblement à la restauration du couvert végétal.

Pour Mme Woumseou Napo, les femmes du groupement Extra Neem veulent utiliser les graines de neem qui sont des déchets dans les ménages pour s’enrichir d’une manière durable et intégrale dans leurs communautés. Le groupement bénéficie déjà des bienfaits de leur entreprise. Pour la présidente, elles ont pu gagner des intérêts qui les ont permis de faire face aux problèmes conjugaux et aussi, elles ont déjà en un an vu les bienfaits des résidus de neem dans leurs champs. C’est pourquoi elles comptent élargir cette saison les surfaces de production céréalières. Elles invitent les autres consœurs à les rejoindre.
V.G. (Télégramme228)