Infos Togo Togo / Politique

Le gouvernement rassure : « Toutes les décisions et recommandations de la CEDEAO y compris celle relative aux réformes constitutionnelles seront scrupuleusement respectées »

Publié le mercredi 24 octobre 2018, par

Alors que le recensement électoral dans la zone II bénéficie d’une prolongation de 24 heures et prend finalement fin demain Jeudi dans la zone II, le gouvernement togolais pour sa part était face à la presse ce jour. Ceci, afin de se prononcer sur les principaux sujets de l’actualité politique togolaise et surtout ceux qui ont trait aux recommandations de la CEDEAO, sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles, les législatives de Décembre prochain…

Se prononçant comme porte-parole du gouvernement togolais, le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara, a rassuré plus d’un de l’engagement plein et entier de l’exécutif togolais quant à la mise en œuvre des recommandations prescrites par la feuille de route adoptée à Lomé le 31 Juillet dernier, par la CEDEAO (Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest), pour une sortie de crise au Togo.
« Nous agirons toujours dans le sens des décisions de la CEDEAO », a indiqué le ministre Bawara qui a aussi poursuivi, que « toutes les décisions et recommandations de la CEDEAO y compris celle relative aux réformes constitutionnelles seront scrupuleusement et vigoureusement respectées ».

Justement sur la question des réformes, le membre du gouvernement entouré de son collègue de l’Administration territoriale, de la Décentralisation des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi et autres membres du parti au pouvoir UNIR, tels Charles Kondi Agba, Christophe Tchao et autres, a informé de ce que le gouvernement togolais et sa majorité sont disposés à ne ménager aucun effort pour que le projet de révision constitutionnelle qui devra être soumis à l’Assemblée nationale pour un débat démocratique, soit adopté.

Et répondant à la question de savoir si ces réformes seront faites par voie parlementaire ou par voie référendaire, il ressort que le gouvernement togolais compte privilégier la voie parlementaire. Et que, celle référendaire, redonnant la parole au peuple, ne sera que de dernier recours au cas où cette parlementaire ne réussissait pas.

Si l’on peut se poser des questions sur la date exacte à laquelle ces réformes seront opérées, le Gilbert Bawara renseigne que « les réformes constitutionnelles seront opérées et la date du 20 décembre pour le compte des législatives sera respectée ».
T228