Infos Togo Créativité et à la travaillabilité / Tournée de formation et de motivation de l’ONG ODI

Le génie créateur des jeunes porteurs de projets de Lomé et de la maritime réveillé

Publié le mercredi 18 novembre 2020, par Gabinho

Le train de la tournée de formation et de motivation de l’ONG ODI (Organisation pour le Développement Inclusif) est arrivé à la gare ce Mercredi 18 Novembre 2020 à Lomé, où s’est tenu la dernière session sur la créativité et la travaillabilité.

Pour ce dernier acte de la caravane de formation qui s’est ébranlée à Dapaong depuis la semaine dernière pour traverser toutes les régions économiques du Togo, qui a eu pour cadre la Maison des Jeunes d’Amadahomé, ils étaient des centaines de jeunes gens venus de tous les coins et recoins de Lomé, et des autres préfectures environnantes à se prêter à l’exercice de motivation et d’éveil de conscience à l’esprit de créativité organisé par l’ONG ODI et son partenaire Motivatech du Canada.

Ainsi, de la déclaration des responsables de cette ONG togolais, ce projet de tournée de formation est parti d’un constat. « On est parti du constat selon lequel, les jeunes togolais ont toujours l’habitude de se dire que je dois toujours rester au bureau. Nous avons jugé bon qu’il faille que si tu as des idées de création, pourquoi ne pas les faire valoir, devenir Directeur de sa propre entreprise, pour prendre après des gens dans ton entreprise pour les payer », a énoncé la Vice-présidente de cette organisation, Nadjé Zouréatou. Au terme de cette tournée, tout porte dès lors à croire que les objectifs sont atteints, puisque, indique la responsable de ODI, « on a noté une prise de conscience, un réveil des jeunes ». Son de cloche qu’a également repris le Secrétaire général par intérim, Jean-Marie Ayéfouni. « Nous avons su réveiller le génie créateur togolais. Ils ont compris que ce n’est pas vraiment avec l’argent qu’ils doivent débuter mais c’est leur projet qui doit plutôt amener les fonds. Ils ont compris que leur activité génératrice de revenu doit résoudre un problème précis dans la société. Après détection du problème, le transformer en projet, faire le business modèle ou business plan. Nous comptons aider ceux qui n’en n’ont pas à en avoir », a émis celui-ci, qui dit avoir tiré un bilan positif de la tournée effectuée.

Participante à cette formation, Mme Essohanam Atiti Kpanka, coordinatrice de l’ONG Arbitre pour la citoyenneté (ACI), est également satisfaite des modules relatifs à la créativité et la travaillabilité qui ont été déballés. « On nous a parlé du canevas de création d’un projet, le processus. Nous les jeunes, on a attendu longtemps ce moment. Nous allons travailler en équipe avec les formateurs, sur tous les projets que nous avons, pour créer nos petites entreprises. Nous aurons également à notre tour à motiver les autres jeunes aussi à en créer et ensemble mener un développement accru attendu depuis longtemps », a confié cette jeune entrepreneure.

En tout cas, ce n’est pas le formateur principal qui irait dans un sens contraire à toutes ces réactions. Dépêché du Canada pour cette tournée, le coach Roméo Chouaké dit avoir constaté au cours de cette tournée que « les jeunes avaient manqué d’inspiration, d’information et de motivation, trois aspects qui font que ces jeunes sont tétanisés, neutralisés et intimidés par la vie. Dans les semaines qui viennent vous verrez du changement, et les témoignages ont déjà commencé ».

Pour résumer le message des sept jours de tournée, il a souligné que ce fut « un message d’inspiration parce que tout part de l’inspiration. On ne peut transpirer alors qu’on n’est pas inspiré. Alors que moi je préfère qu’on soit d’abord inspiré et on va aller transpirer. voilà pourquoi je suis venu ici avec l’appui de ODI pour dire aux jeunes togolais de Lomé que c’est très possible, que s’ils peuvent ouvrir leur imagination, avoir l’esprit d’ouverture et l’ouverture d’esprit pour être capable de ne pas pleurnicher, se résigner, mais plutôt ouvrir les yeux pour voir avec yeux de l’esprit, les opportunités qu’il y a ici. Les opportunités ne manquent pas, ce sont les opportunistes qui manquent ». Il a donc appelé les jeunes togolais à travailler leurs capacités pour que ces capacités dépassent leur réalité, parce que d’après lui, c’est le seul moyen de réussir.

Cette tournée rentrant dans l’histoire, ODI projette déjà une suite. Il s’agira d’après M. Ayéfouni de la création de centres régionaux de créativité, « pour permettre aux jeunes de découvrir qu’il y a un génie qui dort en eux et les accompagner à faire valoir ce génie-là ».

T228