Infos Togo Manifestations étouffées des 11, 12 et 14 Avril derniers

""Le gangstérisme d’Etat"" a fait un mort, 174 blessés, 253 arrestations et des dégâts matériels importants, selon la C14

Publié le mercredi 18 avril 2018, par

Au bilan des manifestations de la Coalition des14 partis de l’opposition togolaise, des 11, 12 et 14 Avril derniers, ce sont les villes et villages de Sokodé, Kparatao, Djarkpanga, Kpalimé et Lomé où il a été relevé des actes de répression violente par les forces de défense et de sécurité. C’est du moins ce que renseigne la C14 ce jour face à la presse.

D’après Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson et ses compères, qui condamnent ""avec la dernière énergie, le gangstérisme d’Etat du pouvoir RPT/UNIR"", on note qu’au total les trois jours de manifestation ont été étouffées dans l’oeuf par le régime avec une certaine violence des forces de défense et de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

Et le bilan est lourd. ""01 mort, 174 blessés dont 92 dans un état très grave parmi lesquels des femmes et des enfants, 253 arrestations dont 227 libérés à ce jour, le reste, soit 26 personnes détenues à la prison civile de Lomé et une personne à Kpalimé, le SG Fédéral du PNP et des dégâts matériels importants sur les biens des populatons"", ont été recensés par la Coalition des 14.

En tout cas, la coalition ne se reconnait pas dans cette interdiction qui a frappé ces manifestations de la semaine dernière et surtout quand le gouvernement va jusqu’à brandir le règlement intérieur du dialogue inter togolais pour justifier l’interdiction de manifestations que reconnait la Constitution togolaise.

Au delà de la condamnation, Fabre Jean-Pierre et ses pairs avertissent de ce que ""le peuple n’acceptera jamais de see voir déposséder de son droit constitutionnel de manifester"" et s’en convainquent de ce que, ""quelles que soient les contorsions du pouvoir, le Togo accouchera sa Démocratie cette année 2018"".

Ils en appellent donc les populations à resster mobilisées et à l’écoute des prochaains mots d’ordre. Ils assurent aussi que déjà, ""une note d’information est adressée au ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales pour les prochaines manifestations prévues pour la semaine prochaine"".

Aussi, Jean Pierre Fabre a profité de cette tribune pour apporter des éclaircissements sur son passage en soirée à l’hôtel 02 Février de Lomé, où s’était tenu en journée un Sommet extraordinaire de la CEDEAO. Il y ressort que c’est sur invitation du ministre ghanéen Albert Kan-Daapah qu’il s’il est rendu pour échanger avec lui. On attend de voir si cette explication mettra fin à la polémique ouverte depuis lundi par un journal togolais sur cette apparition soudaine aussitôt après le départ des lieux du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, et de certains de ses hôtes.
T228