Infos Togo Attaque de Cabinda, 8 ans après

Le FLEC accuse : ""l’attaque a été menée par les services secrets de l’Angola""

Publié le lundi 8 janvier 2018, par Gabinho

8 Janvier 2010-8 Janvier 2018, il y a 8 ans la sélection nationale du Togo, en route pour la CAN Angola 2010, essuya une attaque armée criminelle dans l’enclave de Cabinda. 8 ans après le FLEC (Front de Libération de l’Enclave de Cabinda) qui par un de ses responsables en la personne du Franco-Angolais, André Rodrigues Mingas, avait revendiqué l’attaque revient par un parjure pour nier son implication et par la même occasion, pointer un doigt accusateur vers les services secrets de l’armée angolaise. Selon nos confrères de Togobreakingsnews qui citent une note confidentielle transmise par ce Front, et portant la signature du Commandant Moussa Garcia, qui se réclame porte-parole du FLEC, ""l’attaque a été menée par les services secrets de l’Angola pour incriminer le FLEC et le gouvernement Cabindais en exile dirigé par le Commandant Antonio Luis Looes"". Autre précision apportée par cette note de M. Garcia, ""le président du gouvernement de la République du Cabinda en exile a fait beaucoup d’efforts diplomatiques dans le but de libérer leur ressortissant du Cabinda. Nous avons prouvé que l’attaque contre l’équipe togolaise a été perpétrée par l’armée angolaise dans le seul but de discréditer le FLEC et de décapiter le mouvement"".

L’auteur de cette note explique dès lors la revendication de cette attaque faite par M. Mingas par la confusion et le manque de coordination de la communication au sein des instances du FLEC.

Une accusation qui vient apporter un nouvel élément au dossier de cette attaque pour laquelle, André Rodrigues Mingas, avait été arrêté puis condamné en France avant d’être libéré depuis déjà plusieurs mois.

Pour rappel, le bilan de cette attaque armée d’une demi-heure contre les bus de la délégation togolaise a établi les décès d’Amélété Abalo, le Coach adjoint des Eperviers et de Stan Oclo’o, le chargé de communication de l’équipe. Le défenseur Serge Akakpo, le docteur Wadja (le Kiné de l’équipe), Elitsa Lanou (le Directeur technique), Nibombé Waké (l’entraineur des gardiens) et Obilalé Kodjovi (le gardien de but) ont été pour leur part blessés par des balles à des degrés divers dont le plus grave à été celui du portier Obilalé. Conséquence directe, le Togo s’est purement et simplement retiré de la compétition.

T228