Infos Togo Dapaong

Le couvre-feu affecte gravement les habitudes

Publié le vendredi 22 janvier 2021, par Gabinho

Les cas de contamination au COVID 19 ont augmenté dans le grand Tône. Ce constat a obligé le gouvernement à prendre des mesures de prévention afin de freiner la propagation de la pandémie qui secoue le monde. En plus du bouclage, le couvre-feu de 20h à 05h ; ce qui est insupportable pour les populations et pour les hommes d’affaires.

« Dans l’ensemble, le couvre-feu se déroule normalement et les populations respectent les mesures ; j’ai fait le tour de la ville pour constater le travail des forces de l’ordre et je suis satisfait de leur travail et aussi du fait que les populations ont compris la décision. Seules quelques-unes des têtes qui sont curieuses car pour elles, c’est la première fois qu’elles connaissent le couvre-feu et veulent voir à quoi cela ressemble », a déclaré Christophe Yendoukoua TCHIMBIANDJA, préfet de Tône, président du comité local de riposte de la pandémie à coronavirus.

Pour certains citoyens, si le couvre-feu est décrété, il va dans l’intérêt des populations, il suffirait d’observer les mesures éditées par le gouvernement peu de temps et la vie normale reprend. Pour les particuliers, les cas de Cyrille Yambame, coiffeur et M. Diallo, gérant de la cafeteria, l’heure décrétée n’arrange pas. Il faut que le gouvernement revoie pour aller à 22h car c’est souvent les nuits les activités s’animent. Et aussi pour le gérant de la cafeteria, certains condiments ne doivent durer dans leur conservation. Or, actuellement ils n’ont que 02h de temps de travail. Ils plaident la révision des dispositions qui vont dans leurs intérêts.

Autre couche qui subit les fouets du couvre-feu, ceux sont les conducteurs de taxi motos ( Zmen). Eux aussi se plaignent de l’heure car la nuit est pour la plupart du temps la période de leurs affaires et donc l’heure doit être revue pour les aider à subvenir aux besoins de leurs familles.

Ils accusent les forces de sécurité pour abus dans leur opération de patrouille. Pour les conducteurs de taxi motos, les forces de l’ordre tabassent comme si c’était avec les animaux elles ont à faire.

Globalement, les rues sont désertes déjà à partir de 19h ; et les populations comptent sur le gouvernement pour mettre fin au couvre-feu dans les jours à venir car la situation actuelle du bouclage impacte gravement leur quotidien.
V.G.(T228)