Infos Togo Regard sur la situation sociopolitique et économique actuelle du Togo

Le CJD et partenaires savourent déjà la ""paix et la stabilité retrouvées"" et appellent à l’accélération du processus électoral

Publié le samedi 26 mai 2018, par

Comme ce fut le cas depuis l’éclatement de la crise sociopolitique du Togo en Août 2017, le CJD (Collectif des Jeunes pour le Développement) et ses partenaires regroupés dans le Collectif des Organisations de la Société Civile (OSC) pour la Diplomatie Non Gouvernementale, se sont faits à nouveau le devoir ce Samedi 26 Mai 2018, de partager leur regard sur la situation sociopolitique et économique actuelle du Togo, avec la presse au cours d’une grande conférence à Lomé.

De la déclaration faite par le Collectif, et rendue par le vice-président et coordonnateur du CJD, Orfé Adom, contrairement aux situations déplorations orchestrées par les manifestations publiques de l’opposition parfois émaillées de violence et des interventions des forces de l’ordre et de sécurité, il ressort qu’il constate une certaine embellie.

""Plus de panique, la psychose est dissipée, les activités économiques ont repris petit-à-petit, les sociétés parapubliques et autres dont les indications étaient au rouge reviennent au vert, le KO commence à disparaitre"", indique ces OSC engagées pour une diplomatie non gouvernementale. Au regard du passé et face au constat que ""le Togo a frôlé la catastrophe"" avec des morts, des blessés, des arrestations, des édifices détruits ..., elles saluent la position qu’elles disent être celle du G5 (Le Système des Nations Unies, l’Union européenne, les Etats-Unis, l’Allemagne et la France), penchant pour les élections pour une sortie de la crise actuelle.

Le CJD et ses partenaires, se fondant sur cette position, le dialogue qui ne porte pas ses fruits, les manifestations violentes qui n’ont rien apporté de bon au peuple togolais, et se voulant légaliste, appellent dès lors et comme ce fut le cas par le passé où sa voix a été de tout temps entendu par les acteurs politiques, les autorités togolaises, surtout le gouvernement à ""accélérer les processus électoraux pour que le référendum, les législatives, les locales puissent se tenir dans le respect des délais légaux"". En tout cas, avertissent-ils, le CJD et ses partenaires qui jugent nécessaire ""de soutenir la voie électorale proposée par la Communauté internationale, que cette même ""Communauté Internationale dira toujours non à l’anarchie"".

Savourant la ""paix et la stabilité retrouvées"", ces OSC manifestent leur ""reconnaissance et gratitude à la grande muette"" qui visiblement face au chaos qui menaçait n’a pas été ""silencieuse"" mais a oeuvré pour un retour de la quiétude des Togolais.

Secrétaire général adjoint du CJD, Constant Lèmou, au nom du président du CJD, a convié ""quiconque désormais veut prendre la parole au nom du peuple togolais à chercher à savoir les aspirations profondes de ce peuple"". Aussi à son tour, s’est-il réjoui de ce que les appels de leur collectif et ses partenaires aient été pour beaucoup pris en compte dans la recherche de solution pour un retour à la paix et à la stabilité.

Présent à la rencontre par un de ses responsables, le Forum africain de la diaspora a aussi appelé à la préservation de cette paix retrouvée au Togo.

T228