Infos Togo Législatives, locales et référendum de 2018 au Togo / Recensement électoral

Le boycott, le piège à éviter à tout prix !

Publié le vendredi 28 septembre 2018, par

Avec l’entrée de l’opposition incarnée par la C14 (Coalition des 14 partis de l’opposition) à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), l’institution à première vue ne s’en sortira que renforcée. Mais seulement que depuis quelques jours, cette acceptation de faire son entrée à la CENI de la C14, contraste avec un appel à boycott du recensement électoral. Avec cette donne, la question est de savoir pourquoi rentrée à la CENI alors même qu’on sait que cette dernière est bien à fond sur les préparatifs des échéances électorales qui attendent le pays au mois de Décembre prochain.

En tout cas, pour ce qui est indiqué par cette institution, organisatrice des législatives, locales et si possible du Référendum, dans son chronogramme en vue de ces scrutins, la phase des activités pré-électorales débute ce 1er octobre 2018 dans la zone 1 (la partie méridionale du pays) et le 17 octobre 2018 dans la zone 2 (partie septentrionale du pays).

Pour montrer la voie à suivre par les populations togolaises en âge de voter pour se faire établir déjà le 23 Septembre dernier, la CENI a organisé, sur le site du CETEF Togo 2000 à Lomé, une opération de simulation de recensement en situation réelle. Au cours de cet évènement, après l’allocution d’ouverture, le Professeur Kodjona Kadanga, Président de la CENI, s’est prêté en premier à l’opération de simulation en étant le pétitionnaire zéro, c’est-à-dire la première personne qui a sollicité son inscription sur une liste électorale. A travers la visite des quatre (4) CRV (Centres de Recensement et de Vote) installés pour la circonstance, l’assistance a pu se rendre compte des différentes étapes de l’enrôlement des pétitionnaires. Ceux-ci doivent d’abord voir leur identité vérifiée par les membres du centre, puis passer à collecte des données biographiques -nom, prénoms, filiation- et biométriques que sont la photographie et l’empreinte digitale. Et, l’opération doit s’achever par la délivrance, séance tenante, de la carte au futur électeur. Le Professeur Kodjona Kadanga a, pour finir, convié les citoyens togolais à se faire établir une nouvelle carte d’électeur lors du recensement électoral qui se déroule du 1er au 8 octobre pour la 1ère zone et du 17 au 24 octobre pour la 2ème zone.

Pour ce que l’on sait, la carte d’électeur étant le seul et unique sésame par lequel, les Togolais, militants de quelque parti politique que ce soit, peut le jour J accomplir son devoir civique, il est donc plus qu’une nécessité que tous s’inscrivent, en attendant que les questions d’ordre politique ne soient réglées entre les acteurs politiques. Et donc, ne pas s’inscrire, et se voir surpris par la suite que les acteurs politiques aient pu régler ces problèmes politiques qui fondent l’appel au boycott, reviendrait à voir le piège se refermer autour de soi et donc ne pas pouvoir exprimer son suffrage.
T228