Infos Togo Répression des manifestations de la C14 Samedi dernier

Le bilan s’alourdit, le PNP fustige Yark et les FAT

Publié le lundi 10 décembre 2018, par

Alors le bilan fait par le ministre de la Sécurité sur la répression meurtrière des manifestations de la C14 le Samedi 08 Décembre dernier fait état de deux personnes tuées dont un enfant de 12 ans, qui seraient tuées d’après lui par des individus non identifiés, le PNP (Parti National Panafricain), dans un communiqué signé de son Secrétaire Général, Dr Kossi Sama, indique que le bilan est plus lourd que cela.

D’après le parti de Tikpi Atchadam, ce bilan est de quatre morts et de plusieurs blessés et des arrestations. Autant le parti ""condamne avec la dernière énergie les actes de barbarie ainsi perpétrés par l’armée et les forces de l’ordre"", il ""fustige les allégations mensongères du Ministre de la Sécurité, se rapportant à la non identification des membres des Forces Armées Togolaises ayant posé de tels actes"".

Ce parti membre de la C14 dit prendre ""à témoin les instances sous régionales, régionales, et internationales, ainsi que les organisations des droits de l’Homme"". Il demande dès lors "" que toute la lumière soit faite sur la situation qui prévaut au Togo"".

Le communiqué du PNP dans son intégralité...

PARTI NATIONAL PANAFRICAIN (PNP)

COMMUNIQUÉ

À la suite de la crise qui secoue le Togo depuis le 19 août 2017, la CEDEAO a élaboré une feuille de route, et exigé des réformes constitutionnelles, institutionnelles, et électorales en vue d’une résolution durable.

À titre indicatif, la date du 20 décembre 2018 a été retenue pour les élections législatives, étant précisé que la tenue desdites élections est soumise à la condition préalable de réalisation des réformes requises.

Malgré les termes clairs de la feuille de route, force est de constater que le pouvoir en place impose la tenue des élections pour le 20 décembre 2018, alors que les réformes n’ont pas été réalisées.

C’est dans ce contexte qu’à l’appel de la C14, les manifestations pacifiques ont été organisées le 8 décembre 2018.

Alors que les manifestants étaient sortis les mains nues, exigeant les réformes avant toute élection, ceux-ci ont été confrontés aux agissements des forces de l’ordre et de l’armée, lesquelles n’ont pas hésité à faire usage d’armes, tirant à balles réelles.

Des images assez édifiantes, prises par des personnes présentes sur les lieux, témoignent de la cruauté des agissements de l’armée.

Le bilan provisoire est de quatre morts, de plusieurs blessés, et des arrestations.

Le PNP condamne avec la dernière énergie les actes de barbarie ainsi perpétrés par l’armée et les forces de l’ordre.

Le PNP fustige les allégations mensongères du Ministre de la Sécurité, se rapportant à la non identification des membres des Forces Armées Togolaises ayant posé de tels actes.

Le PNP prend à témoin les instances sous régionales, régionales, et internationales, ainsi que les organisations des droits de l’Homme, et demande que toute la lumière soit faite sur la situation qui prévaut au Togo.

Rien ne saurait ébranler la détermination du peuple togolais à arracher sa liberté.

Que Dieu bénisse la Terre de nos Aïeux !

Fait à Lomé, le 9 décembre 2018.

Le Secrétaire Général
Dr Kossi SAMA