Infos Togo Tentative d’assassinat sur la personne du Secrétaire général de la SEET

Le B.E National dénonce et accuse le COPUL et deux autres associations estudiantines

Publié le vendredi 23 novembre 2018, par

C’est à travers une déclaration dont copie a été envoyée à notre rédaction que le mouvement a fait état de ce qui est arrivé à son Secrétaire général, Basile Aménuvévé dans la tentative des autorités universitaires d’étouffer leur manifestation du 21 Novembre dernier sur le campus de Lomé. Dans cette déclaration qui rend compte d’une tentative d’assassinat sur la personne du responsable de la SEET, ce mouvement accuse la police universitaire mas aussi et surtout le HACAME et la CNJE.

Voici le contenu de la déclaration

DÉCLARATION DE LA SEET RELATIVE À LA TENTATIVE D’ASSASSINAT DE SON SECRÉTAIRE GÉNÉRAL PAR LA POLICE UNIVERSITAIRE ET LES MILICIENS DU HaCAME ET DE LA CNJE CE MERCREDI 21 NOVEMBRE 2018

Comme prévu, les responsables de la SEET se sont rendus sur le campus de Lomé pour le lancement des manifestations.

Soudain, ils ont été accueillis par les forces irrégulières installées sur le campus universitaire de Lomé par le prof. Dodji KOKOROKO pour accomplir sa mission machiavélique , despotique et liberticide qu’il a entamé depuis son arrivé à la tête de cette institution.

Après avoir matraquer les camarades, notamment GOLI Kokou Elolo et FONGBEDJI Peter qui sont très gravement blessés, les CoPUl accompagnés par l’équipe de milice du HaCAME et CNJE respectivement dirigés par Piou TCHEDRE et DODI Daimou ont commencé par poursuivre le camarade Basile AMENUVEVE dans le jardin d’agronomie de l’université de Lomé en criant "voleur !, voleur !" pour appeler les gens à l’assassiner par l’unique stratégie de l’effet de la foule connue sous le terme de verdicte populaire.

Ainsi, les camarades, Basile AMENUVEVE et ADOTE Akoué suite à des traitements inhumains et des tortures physiques ont été conduit de façon mano-militarisée aux locaux de la police universitaire dans l’enceinte du Lycée Tokoin.

Et comme les bastonnades ne suffisaient pas, les camarades ont été menottés et accrochés au banc pendant plus de trois heures du temps. La police universitaire a également soumis le camarade ADOTE Akoué à des interrogations pendant plus de trente minutes pour l’imposer des réponses. Cette tentative a été rejetée par le SG quand les CoPUL essayaient de l’interroger.

Les mégaphones ainsi que les cartes des camarades ont été confisqués sous instruction des autorités universitaires avant qu’ils ne soient libérés à 16h 20.

La SEET dénonce la méchanceté des autorités universitaires et plus particulièrement du Prof Dodji KOKOROKO qui a formé une milice et crée une rébellion en miniature pour Poutiniser l’université de Lomé qui doit être un modèle de liberté et prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur l’existence effective des milices et rebelles sur le campus de Lomé contre les étudiants endoctrinés et négligés par les autorités.

Au vu de tout ce qui précède et sa gravité sur l’épanouissement de la jeunesse togolaise, la SEET invite Amnesty international, ASVITTO, LTDH, LSDH, FIDH, OMCT, UNESCO, Union Européenne, Ambs Allemagne, France, États-Unis, les partenaires de l’éducation togolaise etc... de veiller sur les actes que posent les autorités universitaires du Togo car la loi 1901, la constitution togolaise de 1992 et la déclaration universelle des droits de l’homme reconnaissent la liberté de manifestation et d’association et qui doivent être respectées quelques soit l’autocratie et la méchanceté de certaines autorités et surtout celles du Togo.

La SEET engagera des poursuites judiciaires et pénales dans un très bref délai contre les autorités universitaires de Lomé qui ont créé une milice qui opère comme une rébellion en gestation .

La SEET remercie les étudiants pour la forte mobilisation et les invite à ne pas se laisser faire, car notre avenir dépendra de notre capacité à reconnaire nos droits et notre engagement à les réclamer et les obtenir.

En fin la SEET invite le Président de l’université de Lomé, Prof Dodji KOKOROKO à des actes dignes et qui sont à la hauteur de son niveau d’étude et de ses responsabilités académiques

Fait à Lomé, le 21 novembre 2018

Le Bureau Exécutif National