Infos Togo Auto-saisine du SRI dans l’affaire de notes truquées à l’Université de Lomé

La SEET y voit une nouvelle forme de « violation de la franchise universitaire »

Publié le lundi 12 mars 2018, par Gabinho

Elle est l’une des associations de revendication du bien-être des étudiants et élèves du Togo. La SEET (Synergie des Elèves et Etudiants du Togo) que dirige Basile Aménuvévé dans une déclaration en date du 10 Mars 2018, s’est prononcée sur l’affaire des notes truquées à l’Université de Lomé et l’auto-saisine du SRI (Service de Renseignements et d’Investigation) de la Gendarmerie nationale du Togo.

« La Synergie des Elèves et Etudiants du Togo (SEET) constate avec mécontentement les arrestations successives du vice doyen de la FSS de l’université de Lomé, le Prof IHOU Majesté Wateba et du Prof David DOSSEH des Universités Sociales du Togo(UST) et responsable du Front Citoyen TOGO-DEBOUT. En effet en date du 06 Mars 2018, le Prof IHOU Majesté Wateba fut arrêté par les agents de SRI pour une affaire banale des notes. La SEET constate curieusement et avec amertume que la gendarmerie s’immisce dans une affaire purement académique et universitaire à la grande indifférence des autorités universitaires. Il est révoltant qu’en lieu et place de l’amélioration des conditions de travail et d’études que réclament légitimement les enseignants et les étudiants, les autorités gouvernementales s’accrochent à la brutalité, à l’intimidation et aux menaces avec des méthodes archaïques. La SEET exige la libération pure et simple des enseignants et de l’étudiant qui sont arrêtés, la cessation de la violation de la franchise universitaire et la mise sur pied d’une commission d’enquête universitaire impartiale conformément aux statuts universitaires », relève la déclaration.

Par ce biais, la SEET dit « implorer l’intervention de l’UNESCO et du CAMES en vue de mettre fin à ces menaces sur les enseignants et les étudiants » et « inviter tous les universitaires à être fortement mobilisés pour apporter un soutien indéfectible aux professeurs IHOU Majesté Wateba, David DOSSEH et à l’étudiant Folly Cédric DOSSEH ».

Enfin, Basile Aménuvévé et ses collègues mettent « en garde les autorités universitaires contre ces formes d’arrestations qui ne respectent aucune règle universitaire et les tient pour complices de tout ce qui arrive en ce moment au campus de Lomé ».
T228