Infos Togo Revendications estudiantines / Face à l’inaction des autorités

La SEET convie les étudiants à une conférence publique pour décider de la conduite à tenir

Publié le lundi 5 novembre 2018, par Gabinho

Ils ont de tout temps formulé des revendications pour un meilleur devenir des étudiants togolais. Si certaines de ces revendications ont trouvé satisfaction, il en reste encore qui sont restées sans suite jusqu’alors, obligeant la SEET (Synergie des Elèves et étudiants du Togo) et ses responsables à reprendre le chemin de la lutte syndicale dès cette rentrée universitaire 2018-2019.

Et ce redémarrage de la lutte, la SEET de Basile Aménuvévé compte l’enclencher au travers d’une coordination d’action avec tout le monde estudiantin. Raison donc pour laquelle, cette synergie, face ""au refus de la reprogrammation des examens, à la sortie tardive de la quatrième tranche (qui d’ailleurs permettra à l’immense majorité des camarades étudiants à faire leur inscription) au refus criminel d’augmenter les tranches à 25.000 et 35.000 F cfa par mois respectivement pour les allocataires et boursiers, à la violation répétée de la dignité des étudiants par les COPUL et les franchises universitaires par les autorités, au refus de la supression des frais de réclamation des notes et du retrait des relevés dans certaines facultés, au refus de la délivrance de fréquence à la radio universitaire de Lomé installée par l’Union Européenne depuis trois ans, au désengagement total de l’Etat vis-à-vis de l’éducation en allouant un budget insignifiant, au refus de l’offre des stages aux étudiants et la non évaluation en QCM, à l’état de précarité des cités universitaires et leur incapacité congénitale d’accueillir grand nombre d’étudiants, à l’effectif pléthorique dans les amphithéâtres..."", convie tous les étudiants à une conférence publique ouverte ce vendredi le 09 novembre 2018, dernière amphi 600, indique un communiqué. Il sera question d’après le président de la SEET et ses collègues de ""décider de la conduite à tenir dans les prochains jours au cas oú les autorités refuseraient de prendre au sérieux, l’ultimatum"".

On peut dire que ça promet des étincelles vu que déjà au mois dernier, en conférence de presse pour sa rentrée syndicale, ce regroupement de défense des intérêts des étudiants et élèves du Togo promettait des actions d’envergure pour voir ses revendications aboutir et donnant rendez-vous aux apprenants sur le terrain syndical.

Dans sa première partie, ce communiqué dénonçait les multiples violations de la dignité de l’étudiant togolais dont la COPUL est souvent auteur.
T228