Infos Togo Togo-Covid-19 et couvre-feu en période des fêtes de fin d’année

La prévention pour éviter tout risque d’explosion des cas confirmés en début 2021

Publié le lundi 28 décembre 2020, par Gabinho

Pour une période des fêtes de fin d’une année particulière, mesures particulières. C’est l’évidence à laquelle les Togolais doivent faire face en cette période de pandémie de Covid-19, où le gouvernement a décidé, outre le renforcement des mesures barrières, d’un retour du couvre-feu, et cette fois sur toute l’étendue du territoire national.

Si cette décision ne fait pas l’unanimité au sein de la population, parce que n’étant jamais confrontée à une telle situation de couvre-feu en pleine période des fêtes, une seule chose peut expliquer la démarche du gouvernement togolais : les chiffres de la propagation de la pandémie au Togo, en Afrique de l’Ouest et en Afrique.

Pour ce qui est du Togo particulièrement, il est à noter que les chiffres communiqués par les services sanitaires à la date du 26 Décembre à 22h02, soit au lendemain de la fête de Noël, le nombre de cas confirmés est porté à 3555, avec les 09 nouveaux cas enregistrés (tous dans la préfecture du Golfe) sur les 756 personnes testées. La suite des chiffres indique qu’il y a effectivement 226 cas actifs, 36 guéris portant le nombre de cas de guéris à 3261. Quant au décès, on en compte finalement 68.

Ce sont là des chiffres qui confirment, malgré le couvre-feu et les dispositions prises pour éviter trop de promiscuité entre les populations, en cette période des fêtes de fin d’année, dans les bars, et autres lieux autrefois de forte fréquentation, que la menace reste toujours réelle.

Aussi, expliquent-ils à suffisance l’option du gouvernement à demeurer fidèle à sa « ligne de conduite qui consiste à prévenir » et ainsi « éviter une explosion des cas en début 2021 ».

En tout cas, ne dit-on pas que « prévenir vaut mieux que guérir » ? Surtout d’ailleurs que pour ce mal, en prévenant la contamination, on évite ainsi au gouvernement de trop investir dans la prise en charge qui jusqu’alors est 100%, et donc destiner les économies faites à des investissements dans d’autres secteurs vitaux pour le développement du pays.

T228