Infos Togo Coton togolais

La NSCT sous pavillon singapourien, c’est fait !

Publié le lundi 29 juin 2020, par Gabinho

Les députés ont adopté ce Lundi 29 Juin 2020, le projet de loi qui autorise la cession du capital de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT).

Le texte permet de céder tout ou une partie de la participation de l’Etat Togolais dans le capital social de la NSCT au groupe Olam.

Pour le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, qui réagissait à l’issue du vote, « cette volonté de se désengager partiellement ou totalement de la NSCT répond au souci du gouvernement de trouver un partenaire stratégique de renom pouvant contribuer, grâce à son expertise dans le domaine de l’Agro-industrie, à l’atteinte des objectifs de l’axe 2 du plan national de développement ».

Olam est une entreprise singapourienne de négoce et de courtage de denrées alimentaires. Ce Groupe est contrôlé par Temasek Holdings, le Fonds souverain singapourien. Olam est actif en Afrique dans le café, le cacao, le coton et l’huile de palme.

Pour les acteurs, « grâce à cette privatisation, il sera possible de doubler les rendements en modernisant la filière et en garantissant les prix aux producteurs ». Selon Sani Yaya, « Olam a développé des approches dont les résultats sont probants ».

Le partenariat envisagé sera conduit dans un processus inclusif et participatif avec les acteurs de la filière conformément aux engagements du président Faure Gnassingbé, a souligné le ministre.

Olam va acquérir les 60% du capital de la NSCT devenant ainsi majoritaire et les 40% restant seront détenus par les producteurs. Le Togo n’est donc pas le premier pays à accorder la gestion de sa société cotonnière au groupe ; Ils y avaient déjà la Côte d’Ivoire, le Tchad, l’Ouganda, la Mozambique et la Tanzanie.

Rappelons que le coton est le 4ème produit d’exportation du Togo après le phosphate, le clinker et le ciment.

La production de coton a sensiblement chuté de 15%. En effet, alors que les prévisions étaient de 200.000 tonnes d’ici 2022, il y a eu 116.000 tonnes pour la campagne 2019-2020. Ce qui expliquerait partiellement la décision de négociation.
Yvette S. /T228