Nos régions Zio

La jeunesse d’Adéticopé s’approprie les valeurs "" de la paix, de l’Entrepreneuriat et de l’Autonomisation""

Publié le vendredi 3 novembre 2017, par Gabinho

Adéticopé est l’une des localités à cheval entre la préfecture du Golfe et la préfecture de Zio, en quittant Lomé en longeant la Nationale N.1. Dans son agenda de toucher la jeunesse togolaise avec son message de paix, de citoyenneté, d’entrepreneuriat et de l’autonomisation des jeunes, le CJD (Collectif des Jeunes pour le Développement) et son partenaire, le CNJ (Conseil National de la Jeunesse) étaient ce jour dans ce grand canton qui regorge des Togolais de tous les horizons.

Intervenant en prime au cours de cette rencontre citoyenne, le Préfet de Zio, Etsè Kodjo Kadévi, a salué ""le pluralisme de communautés"". Il a fait constater dès lors que, ""si cette diversité doit être prise de négatif, ce sera trop dangereux"". Il ne s’est pas privé de comparer Adéticopé en un melting pot, en miniature, à l’image des Etats-Unis, où chacun vienne avec ses compétences.

De la même manière, M. Kadévi a salué ces évidences précités, il s’est réjoui de ce que malgré ""cette multitude de communautés, tout ce qui se passe (allusion faite aux mouvements sociopolitiques de ces trois derniers mois au Togo avec destructions de biens publics et privés et pertes en vies humaines, ndlr), a pu être surmonté"". Aussi, s’est réjoui le préfet, ""outre le message de paix, de civisme et de citoyenneté et du vivre ensemble, les deux partenaires apportent aux jeunes de cette localité des pistes de solution pour les jeunes à pouvoir s’occuper. ""La base du développement c’est le vivre ensemble, l’amour de l’autre"".

Le préfet de Zio a donc appelé cette jeunesse relevant de sa juridiction, et tout ""Adéticopé à protéger sa paix"". ""N’acceptez pas qu’on détruise ce pays et que vous héritiez d’un pays détruit, mais plutôt travailler à hériter d’un pays construit pour que vous y ajoutiez la vôtre"", a-t-il enfin lancé.

La principale communication de Joseph Kasando, a établi la corelation entre la paix, la citoyenneté et l’épanouissement au travers de l’entrepreneuriat et de l’autonomisation des jeunes. Il a encouragé la sauvegarde de la paix et les jeunes à s’orienter vers l’auto-emploi. ""Approchez vous des partenaires et des structures étatiques pour jouir des finances qui existent"", c’est l’un des appels qui ont été faits.

Le président du CNJ, Régis Batchassi, a donc pour sa part informé de ce que les jeunes de cette localité se doivent de profiter au maximum des ressources naturelles (exemple celle tirées de l’agriculture) de leur milieu pour se créer des activités génératrices de revenus. Aussi, l’autre chance qui s’offre à cette jeunesse d’Adéticopé, d’après le responsable du CNJ, est celle offerte par sa proximité avec Lomé la capitale. Ils peuvent dès profiter de cette proximité pour s’investir à fond dans des initiatives privées, sans attendre forcément de se faire embaucher soit dans le public ou par un tiers, et récolter des déceptions par moment.

Les différents intervenants, de par leurs propos, se sont félicités de l’intérêt porté sur la jeunesse d’Adéticopé. Un d’entre eux a souhaité que ce cadre serve de couloir en vue d’un plaidoyer pour que les jeunes disposent d’appui et mieux encore du financement pour leurs différents projets. Touché par ces interventions, l’orateur à tracé pour piste, l’exploitation à fond des opportunités, en évitant surtout le suivisme, l’étude de faisabilité, et se créer son propre marché, sa propre clientèle pour ne pas être obligé de se tirailler avec d’autres qui sont les devanciers. Pour les possibilités de financement, dans le domaine de l’agriculture, de l’artisanat et autres initiatives, le PRADEB, l’ANADEB, le FNFI, le FAIEJ, l’ANPGF...

On peut constater sans forcer, que c’est un message auquel a adhéré cette jeunesse qui pour l’occasion, n’a pas hésité à afficher sa volonté prendre sa distance vis-à-vis des messages politiques manipulateurs.

Les artistes Bill Nadamba, El Pidio, Chantre Moutité et un groupe de jeunes d’Adéticopé, ont apporté leur voix pour faire porter ce message du CJD à la jeunesse.

T228