Infos Togo Université de Lomé

La « guerre » des briques entre prof Kokoroko et la SEET

Publié le jeudi 6 décembre 2018, par Gabinho

Les briques dans les amphis, c’est la nouvelle pomme de discorde entre le président de l’Université de Lomé, Professeur Dodji Kokoroko et les étudiants, du moins la SEET (Synergie des Elèves et Etudiants du Togo.

Dans une lettre ouverte adressée au premier responsable de ce vieux temple du savoir qui, depuis quelques années, a décidé de s’inscrire dans la modernité à travers des travaux d’aménagement pour rattraper ses compères de la sous-région, cette synergie dont Basile Aménuvévé est le Secrétaire général, indique que « c’est avec étonnement et regret » qu’elle « a appris la décision interdisant aux étudiants de rester sur les briques pour suivre les cours avec pour hypothèse que ces briques dégradent les amphithéâtres ». Une décision que le collège des délégués de l’université de Lomé, aurait toujours d’après la SEET soutenue.

Par cette lettre ouverte, la SEET dit vouloir faire comprendre au président de l’UL « que l’utilisation des briques dans les amphithéâtres est une mesure conjoncturelle liée à un manque criard des places » qui a été porté à la connaissance de la présidence de de cette université depuis longtemps. « Nous vous prions de constater et de comprendre que ce n’est pas un plaisir pour les étudiants d’utiliser les briques. Il s’agit d’un des besoins réels et manifestes auxquels sont confrontés les étudiants des seules deux (2) universités publiques du Togo (UL, UK) », poursuit la SEET.

Dénonçant cette ultime décision de Prof Kokoroko jugée « impopulaire et inappropriée » dont ils exigent « purement et simplement son annulation », Basile Aménuvévé et ses collègues regrettent le fait que, « pendant que les étudiants cherchent à exprimer ces besoins pour attirer l’attention des autorités gouvernementales », ils sont voués « aux gémonies à travers des méthodes d’incitation à la vindicte populaire reconnues à vos miliciens qui opèrent à ciel ouvert à l’université de Lomé ».

Pour finir, la SEET interpelle le président de l’UL, « à veiller à l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants et non pas pour veiller à l’esthétique ».

T228

N.B : Une amphi de l’UL bondée de monde, avec des étudiants obligés de s’asseoir dans les allés.