Infos Togo Mandat présidentiel de 7 ans et législatif de 6 ans

La ""gourmandise"" des députés UNIR exposée au grand jour

Publié le mardi 7 mai 2019, par Gabinho

De la gourmandise pure et simple, il n’y a pas autre mot pour qualifier la ligne soutenue ce jour à l’Assemblée nationale togolaise par les députés UNIR lors des plénières sur les réformes constitutionnelles à opérer. Alors que le mandat présidentiel actuel ainsi que celui législatif est de 5 ans renouvelable une seule fois, ces élus du parti au pouvoir contre tout attente ont rendu houleux les débats ce jour en en proposant un mandat des députés de 6 ans renouvelable 2 fois et celui du Président de la République de 7 ans renouvelable une seule fois.

Pour le député UNIR qui faisait cette proposition ce jour, ""7 ans, c’est le minimum pour un Président de la République"", indiquant au passage qu’il n’est point question en faisant ainsi d’aider quelqu’un à mourir au pouvoir… mais bien, qu’en ajoutant 2 années au mandat du chef de l’Etat, il n’est que question de donner du temps à celui-ci de stabiliser le pays. Enfin soutient-on aussi chez les Bleus Azurs, que les élections sont devenues trop onéreux pour le pays.

En tout cas ce sont des propositions qui n’ont pas laissé les députés de l’opposition silencieux. De l’UFC de Gilchrist Olympio, principale force de l’opposition parlementaire au NET-PDP de Gerry Taama en passant par le MPDD d’Agbéyomé Kodjo, la dénonciation a été unanime.

Si à l’UFC, on réclame que le mandat reste tel qu’il est et qu’il soit renouvelable une seule fois, au, MPDD, on y trouve simplement que cette proposition des députés UNIR n’est pas la bienvenue, et on appelle le pouvoir à éviter d’activer le mécontentement populaire dans le pays. Un avis également partagé par le groupe parlementaire NET-PDP qui met en garde contre tout effet de boomerang que peut induire une telle proposition au cas où l’on le faisait passer par force. Ainsi, en appui à ses pairs, Gerry Taama a soutenu que leur ""travail au niveau de la minorité c’est de mettre en garde le pouvoir et de dire qu’en cherchant la stabilité avec cette proposition, cela peut revenir à la figure… Comme le disait tantôt le député Kodjo, le pouvoir use et 14 ans c’est trop. Nous avons vu comment les choses avaient évolué sous Obama"".

Il est à noter que si le consensus n’a pas été au rendez-vous, sur ce qui est du mandat présidentiel, quant à ce qui concerne le mandat des députés il est arrêté à 6 ans renouvelable deux fois en attendant.
T228