Infos Togo AFFAIRE MADJOULBA

La famille s’en remet au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU pour connaitre la vérité

Publié le lundi 20 juillet 2020, par Gabinho

Tant que lumière ne sera pas faite et que justice soit rendue au Colonel Toussaint Madjoulba Bitala, assassiné dans son bureau en mai dernier, la famille Madjoulba ne compte pas baisser les bras. Par le biais d’un collectif d’avocats, elle vient de saisir le CDH (Conseil des droits de l’Homme) des Nations unies à Genève concernant l’affaire.

Me Songue-Balouki Mawaba, avocate au Barreau de Marseille a confirmé l’information en affirmant avoir été désignée par un membre de la famille du Lt-Colonel Bitala pour régenter la procédure.

« Je me suis dit que comme je suis avocate de l’un des membres de la famille, si je porte plainte au Togo, je le mets en danger. Du coup, j’ai saisi le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève. La justice du Togo, ça n’existe pas. Je ne compte pas sur la justice du Togo, mais je compte sur une pression internationale sur le Togo », a-t-elle indiqué.

« J’ai déposé la requête le 10 juillet 2020 devant le CDH des Nations unies à Genève. J’ai quand même demandé que le nom de mon client ne soit pas cité. J’ai eu un accusé de réception me disant qu’ils ont bien enregistré la plainte, après ça va passer en commission pour qu’ils voient s’ils sont compétents ou pas. Après ça, ils vont demander au Togo de se justifier sur le problème », a précisé l’avocate.

D’après Me Mawaba, le CDH est une institution bien placée devant laquelle on peut porter plainte pour que justice soit faite « Au fait, ce conseil ne rend pas de jugement, il rend des avis. Mais avant de rendre des avis, il demande à l’État concerné de venir se justifier sur la requête présentée par la victime ».

Elle compte saisir également la Cour de justice de la CEDEAO. « J’ai saisi le CDH, après je vais saisir la Cour de justice de la CEDEAO, après on va continuer. C’est parti pour de longues années », a-t-elle conclu.
Yvette S. /T228