Infos Togo Savanes : Grossesses précoces en milieu scolaire et centres de formation professionnelle

La CRT-Savanes diagnostique les causes et s’attaque au mal

Publié le mercredi 9 décembre 2020, par Gabinho

Plusieurs établissements scolaires et centres de formation professionnels enregistrent chaque année des cas de grossesses précoces. Tous les acteurs impliqués dans l’éducation et la formation professionnelle et de la société civile ainsi que les autres organisations partenaires multiplient et mutualisent leurs actions en s’inspirant des textes juridiques de protection en vigueur au Togo, afin d’instaurer une application formelle de ces lois au profit de ces filles et garçons dans leurs lieux d’apprentissage respectifs. Tout ceci parce que l’ampleur du phénomène aux conséquences fâcheuses est inquiétante. La Croix Rouge Togolaise, coordination de la région des Savanes apporte sa contribution dans la lutte contre ce fléau à travers son projet "Réduction de la vulnérabilité des femmes et des jeunes filles face aux problèmes de mariage et grossesse précoces dans la région des Savanes du Togo ». Un projet financé par l’Ambassade de la Fédérale d’Allemagne au Togo.

Au plan mondial, les filles de moins de 18 ans sont estimées à plus de 16 millions à contracter des grossesses précoces et 70.000 de celles-ci meurent chaque année des suites des complications. Au Togo, 3.000 grossesses en milieu scolaire ont été recensées en 2018 ; au niveau de la région des Savanes, les statistiques manquent et cela ne voudrait pas dire que le phénomène n’existe pas. Il est au contraire récurrent dans les établissements scolaires et centres d’apprentissage. D’ailleurs les statistiques qui manquent auprès des autorités concernées constituent une grave faiblesse et peut aussi expliquer le faible travail en matière de sensibilisation dans les établissements scolaires.

Les internautes et organisations en parlent sur les réseaux sociaux, les médias relayent pour sensibiliser mais le phénomène continue. Tous les établissements scolaires (privés et publics) en passant par les centres de formation professionnels dans la région des Savanes enregistrent chaque année plusieurs cas de ces grossesses précoces.

Les techniciens situent la survenue de ces grossesses la plupart du temps, à la rentrée scolaire, donc juste après les vacances parfois très longues au Togo. La longue période récente du confinement qui a prolongé les vacances avec l’avènement de la COVID-19 a occasionné à la rentrée académique 2020-2021, beaucoup de cas de grossesses dans les établissements. A ces périodes de vacances, s’ajoutent les congés et les périodes des activités culturelles en milieu scolaire. Donc généralement ces grossesses surviennent dans les périodes où les élèves ne sont pas occupés. D’autres causes sont aussi les réseaux sociaux, la pauvreté, le gain facile et aussi la soif d’argent pour certains parents irresponsables qui sont complices dans le multi partenariat de leurs filles. L’éducation ratée de ces filles dans leurs familles respectives occasionne énormément ces grossesses précoces.

La loi du 16 mai 1984 relative à la protection des filles et des garçons régulièrement inscrits dans les écoles et centres de formation professionnelle est là, mais l’application pose problème car il n’y a pas de plaintes des parents qui, souvent préfèrent gérer ces situations à l’amiable et, le juge ne peut passer à l’application de la sanction pour le coupable que lorsque les parents introduisent leur plainte.

Les conséquences sont multiples et graves ; les complications lors de l’accouchement, les avortements et surtout clandestins qui aboutissent généralement à la perte de vie. La déperdition scolaire qui occasionne la pauvreté et la pire conséquence est la précarité et la subordination de la femme.

L’ensemble des textes et lois qui protègent et défendent les jeunes filles et garçons doivent être appliquées. Il urge également de poursuivre les actions de sensibilisation et d’éducation à tous les niveaux ; sensibiliser également les enseignants à plus de responsabilité dans leur carrière vis-à-vis de leurs élèves.

La Croix Rouge Togolaise, coordination de la région met en œuvre ce projet avec des sensibilisations que ce soit sur le terrain comme sur les antennes de la région.
V.G (T228)