Infos Togo Interview / PSMICO, ce qu’en pensent les bénéficiaires !

« La construction de ce marché a amélioré la vente de mes produits »

Publié le lundi 23 novembre 2020, par Gabinho

Projet réalisé par l’ANADEB (Agence Nationale du Développement à la Base), le PSMICO (Programme de Soutien aux Microprojets d’Infrastructures Communautaires) fait des heureux, surtout dans les localités les plus reculés du Togo. Et c’est le cas dans les Savanes où cette agence grâce au travail fourni par son antenne régionale remplit bien son cahier de charge. Avec le concours de cette équipe, voici le regard que posent certains bénéficiaires sur les réalisations issues de ce programme.

LALDIEDO Banguite, responsable des vendeurs de ticket dans le marché de Kantindi

« Dans le marché de Kantindi nous faisons des recettes de 8000f à 10000f chaque jour du marché et c’est dans cette recette qu’on nous paie 15%. Le marché de Kantindi s’anime les lundis et les jeudis. Nous pouvons avouer que ce marché nous rapporte beaucoup. Parlant de classement, le marché cantonal de Kantindi occupe la 3ème place après le marché de Cinkassé et de Korbongou parmi les marchés cantonaux de la région des Savanes. Nous avons un grand avantage dans ce marché car les hangars permettent d’améliorer le confort et le cadre de travail des commerçants, de limiter le risque d’accident lié à la fragilité des hangars de fortune, de protéger les marchandises contre les intempéries, d’améliorer la segmentation de l’espace par catégorie de produit facilitant l’orientation et la circulation des visiteurs et acheteurs dans le marché et de favoriser l’accroissement des activités économiques de nos mamans ».

KOUNGBEDI Goumpouguine, conseillère du marché de Koundjouaré

« La construction de ce marché a amélioré la vente de mes produits car maintenant le marché est animé plus qu’avant. Les acheteurs viennent de tout bord. Je suis revendeuse de céréales. L’économie que je gagne dans ce marché me permet de contribuer aux dépenses de la maison telles que la santé des enfants, la nourriture et aussi leur scolarité. Je suis mère de 5 enfants et mon mari est cultivateur. Avant, quand nous sommes dans le marché et que la pluie s’annonce, tout le monde commence par tenue la tête car nous n’avons que des appâtâmes de fortune. Nos marchandises sont toujours exposées au soleil parfois c’est la pluie. Grâce aux nouveaux hangars nous ne serons plus victime de la pluie ou du chaud soleil. Les nouveaux magasins nous permettront de protéger les marchandises contre les intempéries, d’avoir le stock des marchandises en quantité et en qualité au moment opportun  ».

T228 (Avec le concours de l’ANADEB-Savanes)