Infos Togo Recommandations de la CEDEAO sur la situation sociopolitique au Togo

La Coalition des 14 relève des insuffisances et imprécisions

Publié le jeudi 2 août 2018, par

Elle était bien attendue, la réaction de la Coalition des 14 aprtis de l’opposition après les recommandations formulées par la CEDEAO en vue d’une sortie de crise au Togo. Et c’est finalement chose faite. A travers un communiqué, signé de sa Coordinatrice, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, cette coalition qui avait été à l’origine des manifestations qui finalement conduit à l’ouverture d’un dialogue sous la médiation de la CEDEAO puis à la feuille de route de l’instance sous-régionale pour une sortie de crise au Togo, le 31 Juillet dernier, dit relever plusieurs insuffisances et imprécisions.

Pour la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise qui ""prend acte des recommandations de la CEDEAO relatives à la situation sociopolitique du Togo"", on ""observe plusieurs insuffisances majeures, notamment l’absence de l’évocation d’un gouvernement de transition chargé de conduire les réformes institutionnelles et électorales et de la question sécuritaire"". Adjamagbo-Johnson et ses pairs déplorent par la même occasion ""que les Chefs d’Etat de la CEDEAO n’aient pas jugé opportun d’examiner le cœur du problème togolais, qui est, l’obstination du chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé à se porter candidat pour un quatrième mandat en 2020, alors que la règle au sein de la CEDEAO, prescrite par le Protocole additionnel pour la bonne gouvernance et l’Etat de droit, est de deux mandats"".

Evoquant la date des législatives fixée au 20 Décembre 2018, la C14 la juge irréaliste. ""La Coalition relève par ailleurs, dans les recommandations de la CEDEAO, la fixation d’une date irréaliste pour les élections législatives, dont le mode de scrutin n’a pas été précisé"" indique le communiqué qui ne passe pas sous silence les imprécisions.

Ces imprécisions d’après la C14 sont relatives "" au retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle, à l’organisation et au déroulement d’élections transparentes et crédibles dans un pays qui ne connaît que la fraude et la violence électorales"" et ""sont à déplorer"", d’après les 14 partis de l’opposition.

Toutefois, ils disent accueillir ""avec intérêt la poursuite du dialogue et compte bien aborder en profondeur tous ces problèmes avec la facilitation lors des rencontres qu’elle souhaite très prochaines"".

Comme à son habitude, la Coalition finit son communiqué en félicitant ""les populations togolaises pour leur détermination et leur mobilisation en vuede la satisfaction de nos revendications communes et les ""exhorte à demeurer vigilantes, déterminées et mobilisées pour la poursuite de la lutte"".

T228