Infos Togo Impossible consensus en vue des Réformes Constitutionnelles au Togo

La C14 en adéquation avec l’avant-projet de loi proposé par Alioune Badara, UNIR accroché à celui du gouvernement

Publié le mercredi 21 novembre 2018, par

Les choses risquent de ne pas être faciles pour la réalisation des réformes constitutionnelles au Togo. En tout cas dans la mesure où, visiblement le pouvoir et ses députés s’obstinent à faire passer l’avant-projet de loi sur les réformes constitutionnelles introduit par le gouvernement au détriment du texte final de l’avant-projet de loi portant modification des dispositions des articles 59, 60 et 100 de la Constitution du 14 Octobre 1992 conformément aux recommandations de la feuille de route de la CEDEAO, proposé par l’Expert constitutionnaliste, Alioune Badara Fall, commis par l’instance sous-régional.

Selon les informations, les travaux en Commission des lois de l’Assemblée nationale ce jour, sont terminés en queue de poisson ; les députés de l’opposition parlementaire ayant quitté la salle, laissant seuls, ceux de la majorité. Un claquement de porte qui’ils expliquent par un refus de se passer pour ""complices"" de l’étude du projet de loi de révision constitutionnelle unilatéralement adopté par le gouvernement. En fait, croyant être invités pour travailler sur les propositions de révision constitutionnelle faites par l’Expert constitutionnaliste commis par la CEDEAO, ils se verront soumis le projet de loi de révision constitutionnelle introduit à l’Assemblée nationale par le gouvernement togolais. C’est alors que ces députés de l’opposition ont purement et simplement claqué les portes de l’Assemblée nationaale togolaise.

En attendant les évolutions qu’il pourrait y avoir et la réaction du gouvernement et de sa majorité qui seron en conférence de presse demain Jeudi à Lomé, l’opposition réunie au sein de la C14 (Coalition des 14 partis de l’opposition) dans un communiqué publié ce mercredi manifeste son adhésion au projet final de M. Badara Fall,qui se veut d’après elle, un ""compromis minimum consensuel issu des concertations menées auprès des acteurs politiques togolais par l’Expert constitutionnaliste de la CEDEAO"" qui ""marque des avancées réelles sur les points concernés"", ""bien que ce projet final ne prenne pas en compte toutes ses préoccupations en matière de réformes constitutionnelles"".

Brigitte Adjamagbo-Johnson et ses pairs disent être décidés "" d’accepter en l’état, le texte final proposé par la CEDEAO tout en poursuivant son combat afin que dans un futur très proche, les Togolais recouvrent la plénitude de la Constitution originelle qu’ils ont adoptée par référendum le 27 septembre 1992 avec près de 98% des suffrages exprimés"".
Bon à suivre !

T228