Infos Togo Politique

L’opposition écarte le retour de la constitution 92 et fait une proposition

Publié le lundi 26 mars 2018, par

L’opposition togolaise réunie au sein de la coalition des 14 partis politiques met en quarantaine, l’un des deux revendications à la base de la relance de la lutte politique. Il s’agit du retour à la constitution de 92. Des concessions sont faites par les deux parties, pouvoir et opposition.

Le 23 mars dernier, contre toute attente, le dialogue inter togolais a connu un nouveau blocage. Et les discussions sont reportées à une date ultérieure. Seulement, les discussions bilatérales, nouvelles stratégies du facilitateur Nana Akufo Addo portent de fruits. C’est ce que nous explqiue Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la coalition.

« Nous avons eu des discussions bilatérales avec le facilitateur et nous avons fait des propositions et je peux vous dire que nous avons fait beaucoup de concessions jusqu’aux limites que nous ne pouvons pas dépasser. En aucun cas nous ne pouvons accepter que l’actuel président de la République soit candidat à l’élection présidentielle de 2020. Pour nous, c’est quelque chose d’inacceptable », a fait savoir Mme Adjamagbo.

Si l’opposition pense qu’elle a fait le nécessaire pour ramener balle à terre, la partie gouvernementale s’oppose à la conception qui dit que, Faure Gnassingbé ne doit plus se représenter en 2020. Les représentants du pouvoir veulent que, Faure Gnassingbé, président d’Unir reste dans la course pour la présidentielle de 2020.

« En aucun cas, nous ne pouvons accepter que l’actuel président de la République soit candidat à l’élection présidentielle de 2020 », avertit la coalition à travers la coordinatrice qui brandit le bout de phrase de la constitution de 92 : « En aucun cas nul ne peut faire plus de deux mandats ».

Le Togo traverse depuis début septembre, une nouvelle crise avec des manifestations répétées de la coalition de l’opposition qui exige notamment le retour à la constitution originelle de 1992, la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des togolais de l’étranger.

Togotimes
Cet article est repris grâce au partenariat Telegramme228-Togotimes