Infos Togo MPDD / Université politique

L’autonomisation de la femme et la sécurité alimentaire, un passage obligé pour le développement du Togo, selon les femmes solidaires

Publié le vendredi 22 novembre 2019, par Gabinho

Les jeunes patriotes solidaires dans la matinée et les femmes solidaires, dans l’après-midi, ces deux structures du parti politique MPDD ont, à travers leur université politique, balisé la voie ce Vendredi au Congrès extraordinaire du parti ; congrès qui aura lieu sauf cataclysme, demain Samedi au siège du parti à Lomé.

Si les jeunes ont plus mis l’accent sur le passage à une étape plus supérieure de leur engagement politique aux côtés des responsables de cette formation de l’opposition parlementaire du Togo, les femmes solidaires pour leur part ont plus accentué leurs travaux autour de leur autonomisation. Et le thème principal, faisant un focus sur l’« Autonomisation de la femme et la sécurité alimentaire » est bien illustrateur de cette volonté manifeste du parti depuis sa création à inclure la femme dans tout processus de développement du pays.

Pour justifier une telle dévotion du parti de Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo pour une autonomisation de la femme la présidente des Femmes solidaires, la structure féminine du MPDD, Mme Véronique Agnekethom-Batalé, a indiqué que, « pendant longtemps, tous les Etats, le monde entier en parle toujours. Le Togo a même souscrit à certaines conventions relatives aux droits de l’homme et qui parlent de l’autonomisation de la femme. Nous nous sommes rendus compte au sein de notre parti que lorsque les femmes seront autonomes, le développement sera garanti. Raison pour laquelle, à la création de notre parti, nous avons eu deux structures, celle dédiée aux femmes et celle dédiée à la jeunesse. Aucun développement ne se fera en mettant de côté les femmes ». Pour parvenir à cette autonomisation, il en retient qu’il est indispensable de disposer de ressources financières, de lui donner accès à l’éducation, et aussi admettre qu’elle ait le droit à la parole dans les sphères de décision. Elle en conclut que c’est d’ailleurs pour cette raison que chaque année, elles en parlent « pour que les femmes prennent conscience de leur valeur pour enfin se valoriser ». Bref pour Mme Agnekethom-Batalé, le souhait principal pour « la femme togolaise, c’est qu’elle soit épanouie ».

Avant l’ouverture de la formation inscrite au programme de cette université, le Vice-Président du MPDD, Gérard Adja, est venu encourager les femmes à plus de dynamisme, elles qui d’après lui, étant donné qu’elles sont plus de 52% de la population, peuvent par leur simple décision collégiale faire d’un candidat à la présidentielle de 2020, le nouveau locataire du palais de la marina togolaise.
T228